Liste des paroles prophétiques (Hadiths)

Abû Hurayrah - qu’Allah l’agrée - relate que le Messager d’Allah - paix et salut sur lui - envoya des cavaliers en direction du Najd. Ils revinrent avec un homme des Bani Hanîfah du nom de Thumâmah Ibn Uthâl, le chef des gens d’Al Yamâmah. Ils le ligotèrent à un des piliers de la mosquée. Le Messager d’Allah - paix et salut sur lui - alla le voir et demanda : « Que penses-tu, ô Thumâmah ? » Le prisonnier répondit : « Du bien, ô Muhammad ! Si tu me tues, tu tueras un homme qui a du sang sur les mains. Si tu me fais grâce, alors tu le feras à un homme reconnaissant. Et, si tu veux des richesses, alors demande et tu en recevras selon ton désir. » Le Messager d’Allah - paix et salut sur lui - le laissa jusqu’au lendemain, puis il lui demanda : « Que penses-tu, ô Thumâmah ? » Celui-ci répondit : « Ce que je t’ai déjà dit. Si tu me fais grâce, tu le feras à un homme reconnaissant. Si tu me tues, tu tueras un homme qui a du sang sur les mains. Et, si tu veux des richesses, alors demande et tu en recevras selon ton désir. » Le Messager d’Allah - paix et salut sur lui - le laissa jusqu’au lendemain, puis lui demanda de nouveau : « Que penses-tu, ô Thumâmah ? » Celui-ci répondit encore : « Ce que je t’ai déjà dit. Si tu me fais grâce, tu le feras à un homme reconnaissant. Si tu me tues, tu tueras un homme qui a du sang sur les mains. Et, si tu veux des richesses, alors demande et tu en recevras selon ton désir. » Le Messager d’Allah - paix et salut sur lui - ordonna : « Libérez Thumâmah ! » Celui-ci se dirigea alors vers une palmeraie proche de la mosquée, se lava, pénétra dans la mosquée et déclara : « J’atteste qu’il n’y a aucune divinité, digne d’adoration, en dehors d’Allah et j’atteste que Muhammad est Son serviteur et Son Messager. Ô Muhammad ! Par Allah ! Il n’y avait pas sur Terre de visage plus détestable à mes yeux que le tien. Or, ton visage est devenu celui qui m’est le plus cher d’entre tous. Par Allah ! Il n’y avait pas de religion plus détestable à mes yeux que la tienne. Or, ta religion est devenue celle qui m’est la plus chère d’entre toutes. Par Allah ! Il n’y avait pas de pays plus détestable à mes yeux que le tien. Or, ton pays est devenu celui qui m’est le plus cher d’entre tous. Ta cavalerie m’a fait prisonnier au moment où je voulais faire la ‘Umra. Qu’en penses-tu ? » Le Messager d'Allah - paix et salut sur lui - lui annonça la bonne nouvelle et lui ordonna d’accomplir la ‘Umra. Lorsqu’il parvint à La Mecque, quelqu’un lui demanda : « As-tu changé de religion ? » Il répondit : « Non ! Mais, j’ai embrassé l’islam avec le Messager d’Allah - paix et salut sur lui -. Par Allah ! Vous ne recevrez pas le moindre grain de blé d’Al Yamâmah sans l’autorisation du Messager d’Allah - paix et salut sur lui -. ». Ṣaḥîḥ Muslim.