عن أبي هريرة أنَّ عمر مرَّ بِحَسَّان -رضي الله عنهم- وهو يَنْشُدُ الشِّعر في المسجد، فَلَحَظَ إليه، فقال: قد كُنْتُ أَنْشُد، وفيه من هو خير مِنْك، ثمَّ الْتَفَتَ إلى أبي هريرة، فقال: أَنْشُدُكَ الله، أَسَمِعْتَ رسول الله -صلى الله عليه وسلم- يقول: «أَجِبْ عَنِّي، اللَّهُمَّ أَيِّدْهُ بروح الْقُدُسِ»؟ قال: اللهمَّ نعم.
[صحيح.] - [رواه مسلم.]
المزيــد ...

Abû Hurayrah relate que ʽUmar passa aux côtés de Hassân (qu'Allah les agrée), alors qu'il récitait de la poésie dans la mosquée. Il lui fit la remarque. Il répondit : « Je récitais de la poésie, alors que s'y trouvait celui qui est meilleur que toi ! » Puis, il se tourna vers Abû Hurayrah et dit : « Je t'adjure par Allah ! As-tu entendu le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) dire : « Réponds à ma place ! Ô Allah ! Aide-le par l'Esprit Saint ! » ? » Abû Hurayrah (qu'Allah l'agrée) répliqua : « Par Allah, oui ! »

L'explication

Le sens du ḥadith : Ḥassân (qu'Allah l'agrée) récitait des poèmes dans la mosquée en présence de ‘Umar (qu'Allah l'agrée) qui le regarda avec un air désapprobateur. Lorsque Ḥassân le vit, il lui dit : « Je récitais des poèmes alors que, dans la mosquée, se trouvait meilleur que toi ! » Puis, il prit Abû Hurayrah (qu'Allah l'agrée) à témoin afin qu'il témoigne au sujet de sa récitation de poèmes dans la mosquée en présence du Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) qui approuva cela et l'encouragea. Il lui dit : « Je t'adjure par Allah ! » c'est à dire je te demande par Allah et de jurer en son nom. « As-tu entendu le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) dire : « Ô Ḥassân ! Réponds à la place du Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) ! », Répond aux poètes polythéistes avec ta poésie et attaque-les avec afin de défendre le Prophète (sur lui la paix et le salut) et donner la victoire à sa religion. Et l'as-tu entendu dire : « Ô Allah ! Aide-le par l'Esprit Saint ! » ?, C’est à dire : renforce-le par l'intermédiaire de Jibril et mets-le à sa disposition afin qu'il lui inspire de la poésie agissant sur les ennemis comme des flèches tirées d'un arc. Abû Hurayrah (qu'Allah l'agrée) répliqua : « Par Allah, oui ! », je t'ai entendu réciter de la poésie à l'intérieur de la mosquée devant le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) qui te dit ces propos.

La traduction: L'anglais L'espagnol Le turque L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le Bengali Le chinois
Présentation des traductions