عن عائشة - رضي الله عنها-، أن أمَّ سَلَمَة، ذَكَرَت لرسول الله -صلى الله عليه وسلم- كَنِيسة رأتْهَا بأرض الحَبَشَةِ يُقال لها مَارِيَة، فذَكَرت له ما رأَت فيها من الصُّور، فقال رسول الله -صلى الله عليه وسلم-: «أولئِكِ قوم إذا مات فيهم العَبد الصالح، أو الرُّجل الصَّالح، بَنُوا على قَبره مسجدا، وصَوَّرُوا فيه تلك الصِّور، أولئِكِ شِرَار الخَلْق عند الله».
[صحيح.] - [متفق عليه.]
المزيــد ...

ʽA’ishah (qu’Allah l’agrée) relate que Umm Salamah (qu’Allah l’agrée) parla au Messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) d’une église appelée : « Mâriah » qu’elle avait vue en Abyssinie et des images qu’elle avait vues à l’intérieur. Le Messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) lui dit alors : « Ces gens, lorsqu’un serviteur pieux ou un homme pieux mourrait parmi eux, construisaient un lieu de prière sur sa tombe et y posaient ces représentations. Ces gens sont les pires des créatures auprès d’Allah ! »
[Authentique] - [Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim]

L'explication

ʽÂ’ishah (qu’Allah l’agrée) nous informe que lorsqu’Umm Salamah (qu’Allah l’agrée) était en Abyssinie, elle a vu une église qui contenait des représentations. Un jour, elle en parla au Prophète (sur lui la paix et le salut), en s’étonnant de la beauté de ces décorations et de ces images. La gravité de ce sujet fit réagir le Prophète (sur lui la paix et le salut) qui leva la tête et lui expliqua les raisons pour lesquelles ces représentations existaient ; et pour prévenir sa communauté contre les agissements de ces gens, il a dit : « Ces gens » dont tu parles, « lorsqu’un serviteur pieux ou un homme pieux mourrait parmi eux, construisaient un lieu de prière sur sa tombe » un édifice dans lequel ils priaient et disposaient des représentations. Il expliqua que l’auteur d’un tel acte est la pire des créatures auprès d’Allah, car son agissement conduit au polythéisme.

La traduction: L'anglais L'espagnol. Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le bengali Le chinois Le persan Tagalog Indien
Présentation des traductions