عن جابر بن عبد الله -رضي الله عنهما- قال: كان رسول الله -صلى الله عليه وسلم- يُعلمنا الاسْتِخَارَةَ في الأمور كلها كالسورة من القرآن، يقول: «إذا هَمَّ أحدُكم بالأمر، فلْيَرْكَعْ ركعتين من غير الفَرِيضَةِ، ثم لْيَقُلْ: اللهم إني أَسْتَخِيرُكَ بِعِلْمِكَ، وأَسْتَقْدِرُكَ بِقُدْرَتِكَ، وأَسْأَلُكَ من فَضلك العظيم، فإنك تَقْدِرُ ولا أَقْدِرُ، وتعلمُ ولا أعلمُ، وأنت عَلَّامُ الغُيُوبِ. اللهم إن كنتَ تعلم أن هذا الأمر خيرٌ لي في ديني ومَعَاشِي وعَاقِبَةِ أَمْرِي» أو قال: «عَاجِلِ أَمْرِي وآجِلِهِ، فاقْدُرْهُ لي ويَسِّرْهُ لي، ثم بَارِكْ لي فيه. وإن كنت تعلمُ أن هذا الأمر شرٌّ لي في ديني ومَعَاشِي وعَاقِبَةِ أَمْرِي» أو قال: «عَاجِلِ أَمْرِي وآجِلِهِ؛ فاصْرِفْهُ عَنِّي، واصْرِفْنِي عنه، واقْدُرْ لِيَ الخيرَ حيث كان، ثم أَرْضِنِي به» قال: «ويُسَمِّي حَاجَتَهُ».
[صحيح.] - [رواه البخاري.]
المزيــد ...

Jâbir ibn 'Abdillah (qu'Allah l'agrée, lui et son père) relate : « Le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) nous enseignait la consultation dans toute chose, comme il nous enseignait une sourate du Coran. Il disait : « Lorsque l'un d'entre vous pense à faire quelque chose, qu'il accomplisse deux unités de prière, en dehors de ce qui est obligatoire et dise ensuite : « Ô, Allah ! Je Te consulte par Ton savoir, je Te demande de la force par Ta force et j'implore Ton immense grâce. Car Tu peux, alors que je ne peux pas, Tu sais, alors que je ne sais pas et Tu es le Grand Connaisseur des invisibles. Ô, Allah ! Si Tu sais que cette chose est bonne pour ma religion, ma vie et mon avenir - où : mon présent et mon avenir - alors destine-la moi, facilite-la-moi et fais-en une bénédiction pour moi. Et si Tu sais que cette chose est mauvaise pour ma religion, ma vie et mon avenir - où : mon présent et mon avenir - alors détourne-la de moi et détourne-moi d'elle ; destine-moi le bien où qu'il soit et fais que j'en sois satisfait. » Il dit : « et il cite la chose qu'il veut faire. »
Authentique. - Rapporté par Al-Bûkhârî.

L'explication

Le Prophète (sur lui la paix et le salut) attachait de l'importance au fait d'enseigner à ses Compagnons comment faire la prière dite de consultation, autant qu'il prenait soin de leur enseigner une sourate du Coran. Le Prophète (sur lui la paix et le salut) a donc conseillé à l'individu de faire deux unités de prière, en dehors des prières obligatoires et de demander à Allah, après le salut final, de le rendre serein vis-à-vis de la meilleure des deux possibilités ou des possibilités. En effet, Allah, à Lui la Puissance et la Grandeur, connaît la description et les composantes de chaque chose, nul autre que Celui qui détient un tel savoir ne peut savoir quelle est la meilleure possibilité et cela n'appartient qu'à Allah. Il demande donc à Allah de lui donner la force de réaliser la meilleure possibilité et il lui demande de Sa grâce immense, car Allah est capable de faire toute chose qu'Il veut faire, alors que l'être humain en est incapable. Allah sait toute chose, dans la globalité et les détails, alors que l'être humain ne sait que ce qu'Allah lui apprend. Rien de ce qui relève de l'invisible n'échappe au savoir d'Allah. Ensuite, il demande à Allah, à Lui la Puissance et la Grandeur, de lui écrire et de lui faciliter la chose qu'il veut faire (et qu'il doit nommer), s'Il sait qu'elle est bénéfique et n’entraîne aucune conséquence néfaste pour la religion ou la vie terrestre. Et il Lui demande, si Allah sait que cette chose aura des conséquences néfastes pour la religion ou la vie terrestre, de la détourner de lui et de le détourner d'elle. Il Lui demande enfin de lui écrire le bien où qu'il se trouve et de le rendre satisfait de ce qu'Allah décrète à son sujet.

La traduction: L'anglais L'espagnol. Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le bengali Le chinois Le persan Tagalog Indien Ouïghour kurde
Présentation des traductions