عن أبي ذر-رضي الله عنه- مرفوعًا: «إذا قام أَحَدُكُمْ إلى الصلاة؛ فإنَّ الرَّحمة تُوَاجِهُهُ، فلا يَمْسَح الحَصَى». وعن معيقيب -رضي الله عنه- أن النبي -صلى الله عليه وسلم- قال: في الرجل يُسَوِّي التُّراب حيث يسجُد، قال: «إِنْ كُنْت فاعِلا فَوَاحِدة».
[حديث أبي ذر ضعيف، وحديث معيقيب صحيح.] - [حديث أبي ذر رواه أبو داود. حديث معيقيب متفق عليه.]
المزيــد ...

Abu Dhar (qu'Allah l'agrée) relate que le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) a dit : « Lorsque l'un d'entre vous se lève en prière, qu'il n'enlève pas les cailloux car la miséricorde lui fait face. » Et Mu'ayqib (qu'Allah l'agrée) relate que le Prophète (sur lui la paix et le salut) a dit au sujet de l'homme qui aplanit le sol à l'endroit où il se prosterne : « Si tu dois l'essuyer, contente-toi d'une seule fois. »
-

L'explication

Dans le ḥadith de Abû Dhar (qu'Allah l'agrée), le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) a dit : « Lorsque l'un de vous se lève en prière » c'est à dire lorsqu'il prie. Cependant, avant de faire le Takbîr de l'Iḥrâm afin d’entrer en prière, cela n'est pas interdit. « Qu'il n'enlève pas les cailloux », l'interdiction dans la parole du Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) signifie que celui qui prie ne doit pas accomplir quoi que ce soit susceptible de corrompre sa prière car cela entraîne la déconcentration et le manque de recueillement dans celle-ci. S’il s'avère qu’il soit [malgré tout] nécessaire d'améliorer l'endroit de la prosternation, que ce ne soit qu'une seule fois. De plus, les pierres mentionnées sont les petits cailloux, car c'est ce qu'on trouvait le plus souvent sur les tapis des mosquées, mais le terme est général et non restreint ; de ce fait, il n'y a pas de différence entre les petits cailloux, le sable et la terre en ce qui concerne cette question de jurisprudence. Et dans le ḥadith de Mu'ayqib (qu'Allah l'agrée), le Prophète (sur lui la paix et le salut) a dit au sujet de l'homme qui aplanit le sol à l'endroit où il se prosterne : « Si tu dois l'essuyer, contente-toi d'une seule fois. » « Le Prophète (sur lui la paix et le salut) a dit au sujet de l'homme ", celui qui l'a questionné sur le fait « qu'il aplanit le sol » pendant sa prière « à l'endroit où il se prosterne » c'est à dire là où il effectue sa prosternation ou bien en vue de se prosterner dessus. Le Prophète (sur lui la paix et le salut) lui répondit : « Si tu dois l'essuyer » c'est à dire si cela est nécessaire, « contente-toi d'une seule fois » et pas davantage. En effet, il est réprouvable d'essuyer les cailloux pendant la prière sauf dans le cas où les pierres n’ont pas la même taille et empêchent de se prosterner et d'appliquer correctement le front [sur le sol]. Dès lors, [le priant] essuie le sol une fois ou deux car les deux versions ont été rapportées à ce sujet, mais [on notera que] la version la plus apparente est celle qui évoque le fait d'essuyer l'endroit de la prosternation une seule fois. En ce qui concerne de la cause de l'interdiction dans la parole du Prophète (sur lui la paix et le salut) « car la miséricorde lui fait face. » signifie que la miséricorde descend sur lui et se trouve ainsi face à lui ; il n'est donc pas correct pour une personne raisonnable ayant reçu cet immense bienfait, de faire part de sa reconnaissance en effectuant un acte aussi méprisable, comme l'a dit le savant Aṭ-Ṭaiby (qu'Allah lui fasse miséricorde). Le savant Ash-Shawkâny (qu'Allah lui fasse miséricorde) a dit aussi : « Cette raison prouve que la sagesse de l'interdiction d'essuyer les cailloux repose sur le fait [que le priant ne doit pas] se déconcentrer ni occuper son esprit avec autre chose que la miséricorde qui se trouve face à lui. Dans le cas contraire, il en manquerait une grande partie.

La traduction: L'anglais L'espagnol. Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le bengali Le chinois Le persan Tagalog Indien
Présentation des traductions