عن عَبْد اللَّهِ بْنِ عَبَّاسٍ -رضي الله عنهما- قال: «أّعْتَمَ النَبِيُّ -صلَّى الله عليه وسلَّم- بِالعِشَاء، فَخَرَج عُمَر فقال: الصَّلاةَ يا رسول الله، رَقَد النِسَاءُ والصِّبيَان. فَخَرَجَ ورَأسُهُ يَقطُر يقول: لَولاَ أن أَشُقَّ عَلَى أُمَّتِي -أو على النَّاس- لَأَمَرتُهُم بهذه الصَّلاة هذه السَّاعَة».
[صحيح.] - [متفق عليه.]
المزيــد ...

‘AbdaLlah Ibn ‘Abbâs (qu’Allah les agrées tous les deux) relate : « Alors que le Prophète (sur lui la paix et le salut) avait repoussé [la prière] du ‘Ishâ’ tard dans la nuit, ‘Umar sortit [le voir] et lui dit : « Ô Messager d’Allah ! Les femmes et les enfants se sont endormis. » Le prophète sortit alors, sa tête ruisselait d’eau puis il dit : « Si je ne redoutais pas d’alourdir la charge de ma communauté, ou des gens, je lui aurai ordonné de prier à cette heure-ci. »

L'explication

Un jour, le Prophète (sur lui la paix et le salut) retarda, très tard dans la nuit, la prière du ‘Ishâ’. Ceux qui ne tenaient plus et n’avaient plus la force d’attendre, comme les femmes et les enfants, s’endormirent tous. ‘Umar Ibn Al-Khattâb (qu’Allah l’agrée) alla alors voir le Prophète (sur lui la paix et le salut) et lui dit : « Et la prière ? Les femmes et les enfants se sont endormis. » Le Prophète (sur lui la paix et le salut) sortit donc de chez lui pour se rendre à la mosquée ; comme il venait de se laver, sa tête suintait d’eau. Ensuite, il expliqua qu’il était préférable de retarder la prière du ‘Ishâ’, et cela même si l’attente pour le fidèle était pénible. Il dit en effet : « Si je ne redoutais pas d’alourdir la charge de ma communauté, je lui aurai ordonné de prier à cette heure tardive. »

La traduction: L'anglais L'espagnol Le turque L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le bengali Le chinois Le persan
Présentation des traductions