Liste des paroles prophétiques ( Hadith )

Anas ( qu'Allah l'agrée ) relate : " Abû Talḥah dit à Um Sulaym : " J'ai entendu la voix affaiblie du messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) et j'en ai déduit qu'il était affamé, as-tu donc quelque provision ? " " Oui ", dit-elle. Elle sortit quelques morceaux de pains d'orge et prit l'un de ses foulards et utilisa un morceau pour y emballer le pain, qu'elle mit sous mon vêtement et de me recouvrit avec le reste, afin de m'envoyer vers le messager d'Allah ( sur lui la paix et le salut ). Je l'emportai donc et trouvai le messager d'Allah ( sur lui la paix et le salut ) assis dans la mosquée, au milieu des gens. Je me dressai donc devant eux et le messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) me dit : " Est-ce Abû Talḥah qui t'a envoyé ? " " Oui ", dis-je. Il dit : " Pour de la nourriture ? " " Oui ", dis-je. Le messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) dit alors : " Levez-vous ! " Ils partirent et je les devançai, jusqu'à me rendre auprès d'Abû Talḥah pour l'en informer. Ce dernier dit : " Ô, Um Sulaym ! Le messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) arrive avec des gens, alors que nous n'avons rien à leur servir ! " Elle dit : " Allah et Son messager savent mieux ". Abû Talḥah s'en alla à la rencontre du messager d'Allah (sur lui la paix et le salut), qui vint avec lui, jusqu'à ce qu'ils entrèrent tous les deux. Le messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) dit alors : " Amène ce que tu as, ô, Umm Sulaym ! " Elle amena donc ce pain. Le messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) ordonna qu'on en fasse des petits morceaux et Um Sulaym pressa par-dessus un récipient de beurre clarifié pour l'assaisonner. Puis, le messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) prononça les paroles qu'Allah voulut qu'il prononça, et dit : " Fais entrer dix personnes ! " Il les fit entrer, ils mangèrent jusqu'à se rassasier et sortirent. Il dit alors : " Fais entrer dix personnes ! " Il les fit entrer, jusqu'à ce que tous les gens présents aient mangé et se soient rassasiés, alors qu'ils étaient soixante-dix ou quatre-vingt hommes ". Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim. Dans une version : " Ainsi, les gens entraient et sortaient par dix, jusqu'à ce que chacun d'entre eux soit entré et ait mangé à sa faim. Ensuite, il le remit en état et c'est alors que le plat était tel qu'il était avant qu'ils n'en mangent ". Dans une version : " Ils mangèrent par groupes de dix, jusqu'à ce que quatre-vingt personnes mangèrent. Ensuite, le prophète (sur lui la paix et le salut) et les occupants de la maison mangèrent et laissèrent quelques restes ". Dans une version : " Ils laissèrent de quoi donner aux voisins ". Dans une version, Anas dit : " Un jour, j'allai à la rencontre du messager d'Allah ( sur lui la paix et le salut ), que je trouvai au milieu de ses compagnons et qui avait attaché un bandage sur son ventre. Je dis à l'un de ses compagnons : " Pourquoi le messager d'Allah ( sur lui la paix et le salut ) a attaché un bandage à son ventre ? " Il dit : " A cause de la faim ". J'allai donc chez Abû Talḥah, qui était l'époux de Um Sulaym bint Milḥân, et dis : " Ô, père ! J'ai vu le messager d'Allah (sur lui la paix et le salut), un bandage attaché autour du ventre. Quand j'en ai demandé la raison à certains de ses compagnons, il me dirent que c'était à cause de la faim ! " Abû Talḥah entra alors chez ma mère et dit : " Y'a-t-il quelque provisions ? " " Oui ", dit-elle, "J'ai un pain et quelques dattes. Si le messager d'Allah ( sur lui la paix et le salut ) vient seul, nous le rassasierons, mais si quelqu'un vient avec lui, ce ne sera pas assez...", puis il évoqua le reste du récit de la tradition prophétique.