عن سعد بن أبي وقاص -رضي الله عنه-، قال: استأذن عمرُ على رسول الله -صلى الله عليه وسلم- وعنده نساءٌ من قريش يُكَلِّمْنَه ويَسْتَكْثِرْنَه، عاليةً أصواتهن، فلما استأذن عمر قُمْنَ يَبْتَدِرْنَ الحجابَ، فأذِنَ له رسولُ الله -صلى الله عليه وسلم- ورسول الله -صلى الله عليه وسلم- يضْحَك، فقال عمر: أضْحَكَ اللهُ سِنَّك يا رسولَ الله، قال: «عَجِبتُ من هؤلاء اللَّاتي كُنَّ عندي، فلمَّا سَمِعْنَ صوتَك ابْتَدَرْنَ الحجابَ» قال عمر: فأنت يا رسولَ الله كنتَ أحقَّ أنْ يَهَبْنَ، ثم قال: أيْ عَدُوَّاتِ أنفسِهن، أَتَهَبْنَني ولا تَهَبْنَ رسولَ الله -صلى الله عليه وسلم-؟ قلن: نعم، أنت أَفَظُّ وأغلظُ مِنْ رسول الله -صلى الله عليه وسلم-، قال رسول الله -صلى الله عليه وسلم-: «والذي نفسي بيدِه، ما لَقِيَكَ الشيطانُ قَطُّ سالكًا فَجًّا إلَّا سَلَكَ فَجًّا غيرَ فَجِّكَ».
[صحيح.] - [متفق عليه.]
المزيــد ...

Saʽd ibn Abî Waqqâṣ (qu'Allah l'agrée) a dit : « 'Umar demanda la permission d'entrer chez le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) et des femmes de Quraysh s'y trouvaient, elles lui parlaient à haute voix et exigeaient davantage (de dons). Lorsque 'Umar demanda la permission d'entrer, elles se levèrent et se précipitèrent derrière le voile (ou se hâtèrent de porter le voile). Le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) lui donna l'autorisation d'entrer et se mit à rire. 'Umar dit : " Qu'Allah te donne le sourire, ô Messager d'Allah ! " Le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) déclara : " J'ai été étonné par ces femmes qui étaient chez moi. Dès qu'elles ont entendu ta voix, elles se sont précipitées derrière le voile ! - 'Umar répondit : C'est toi, ô Messager d'Allah, qu'elles doivent plus craindre ! Puis, il ajouta : Ô ennemies de vos propres âmes ! Me craignez-vous et ne craignez-vous pas le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) ? - Elles répondirent : Oui ! Tu es plus dur et plus sévère que le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut). - Le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) reprit : Par Celui qui détient mon âme dans Sa Main ! Le Diable ne te rencontre jamais sur un chemin sans qu'il n'emprunte un chemin autre que le tien ! " »
Authentique. - Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim.

L'explication

Umar ibn Al-Khaṭṭâb (qu'Allah l'agrée) demanda la permission d'entrer chez le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) et des femmes de Quraysh s'y trouvaient, elles lui posaient beaucoup de questions, attendaient des réponses et exigeaient davantage de dons et de frais d'entretien en parlant à haute voix. Lorsque 'Umar demanda la permission d'entrer, elles entendirent sa voix et se précipitèrent alors derrière le voile. Le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) lui donna l'autorisation d'entrer et il entra alors que le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) riait de leurs agissements. 'Umar (qu'Allah l'agrée) dit : « Qu'Allah te donne le sourire, ô Messager d'Allah ! », c'est-à-dire : qu'Il te procure tout le temps cet enjouement qui est la cause est ton rire. Le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) l'informa alors qu'il se mit à rire des agissements de ces femmes qui étaient en train de lui parler à haute voix avant la venue de 'Umar et qui, dès qu'il est entré, se sont précipité derrière le voile par crainte et respect envers lui. 'Umar répondit : « C'est toi, ô Messager d'Allah, qu'elles doivent plus craindre et plus respecter ! » Puis, il ajouta à ces femmes : « Ô ennemis de vos propres âmes ! Me respectez-vous par crainte de ma personne et ne respectez-vous pas le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) ? - Elles répondirent : Oui ! Tu es caractérisé par plus de dureté et de sévérité dans ton comportement que le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) ! » Alors, le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) jura que le Diable ne rencontre jamais 'Umar (qu'Allah l'agrée) sur un chemin sans qu'il n'en emprunte alors un autre.

La traduction: L'anglais Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le chinois Le persan Indien
Présentation des traductions