عن عُبَادَةَ بْنِ الصَّامِت -رضي الله عنه- عن النبي -صلى الله عليه وسلم- قال: «لا صلاة لمن لم يَقْرَأْ بفاتحة الكتاب».
[صحيح.] - [متفق عليه.]
المزيــد ...

‘Ubâdah ibn Ṣâmit (qu’Allah l’agrée) relate que le Prophète (sur lui la paix et le salut) a dit : « Point de prière pour qui ne récite pas la Sourate « Al-Fâtiḥah » (L'ouverture). »
[Authentique] - [Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim]

L'explication

La Sourate « Al-Fâtiḥah » (L'ouverture) est la mère du Coran ainsi que son essence. Elle comprend les différents types d’éloges, les attributs élevés d’Allah, Exalté soit-Il, l’affirmation de Sa souveraineté, Sa puissance, la résurrection, la rétribution, l’adoration, la sincérité et les différents types d’unicité et de responsabilités. Voilà pourquoi, la lecture de la sourate : « Al-Fâtiḥah » a été rendue obligatoire dans chaque unité de prière et que, sans sa récitation, la prière est invalide. En effet, la réalité de la prière légale a été infirmée si celle-ci n’a pas été récitée comme évoqué dans le ḥadith rapporté par Ibn Khuzaymah, d’après Abû Hurayrah (qu’Allah l’agrée) dans lequel le Prophète (sur lui la paix et le salut) a dit : « La prière dans laquelle on ne récite pas la Mère du Coran n’est pas valide. » Cependant, il y a une exception pour le fidèle qui rejoint l’imam au moment de l’inclinaison après avoir prononcé le « Takbîr » d’ouverture de prière, puis s’incline avec lui. En effet, dans cette situation, l’obligation de la récitation de la sourate : « Al-Fâtiḥah » disparait pour lui comme cela a été évoqué dans un autre ḥadith car, dans ce cas précis, il ne dispose pas assez de temps pour la réciter.

La traduction: L'anglais L'espagnol. Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le chinois Le persan Tagalog Indien
Présentation des traductions