عَنْ عَائِشَةَ رضي الله عنها قَالَتْ:
قُلْتُ: يَا رَسُولَ اللهِ، ابْنُ جُدْعَانَ كَانَ فِي الْجَاهِلِيَّةِ يَصِلُ الرَّحِمَ، وَيُطْعِمُ الْمِسْكِينَ، فَهَلْ ذَاكَ نَافِعُهُ؟ قَالَ: «لَا يَنْفَعُهُ، إِنَّهُ لَمْ يَقُلْ يَوْمًا: رَبِّ اغْفِرْ لِي خَطِيئَتِي يَوْمَ الدِّينِ».

[صحيح] - [رواه مسلم]
المزيــد ...

'Â`ichah (qu'Allah l'agrée) relate :
"J'ai demandé : Ô Messager d'Allah ! Ibn Joud'ân entretenait le lien de parenté dans la période préislamique, et il nourrissait le pauvre. Ceci lui sera-t-il utile ? - Il a répondu : Cela ne lui sera pas utile, en effet, il n'a jamais dit : 'Seigneur ! Pardonne-moi mon péché au Jour de la Rétribution !' "

Authentique. - Rapporté par Muslim.

L'explication

Le Prophète (qu’Allah le couvre d’éloges et le préserve) informe à propos d'Abdoullah ibn Joud'ân, qui faisait partie des chefs de Qouraych avant l'Islam. Parmi ses belles actions : il entretenait le lien de parenté avec ses proches et était bienfaisant envers eux, il nourrissait le pauvre et [était doté] d'autres vertus auxquelles l'Islam incite. Toutefois, il ne tirera aucun profit de ces œuvres dans son au-delà. Ceci, à cause de sa mécréance en Allah et au fait qu'il n'a jamais dit : "Seigneur ! Pardonne-moi mon péché au Jour de la Rétribution !"

La traduction: L'anglais L'espagnol. Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le bengali Le chinois Le persan Indien Vietnamese Cinghalais Ouïghour kurde Haoussa Malayalam Télougou Swahili Tamoul Birman Thaïlandais Allemand pachtou Assamais Albanais السويدية الأمهرية
Présentation des traductions

Parmi les points profitables de ce hadith

  1. L'explication du mérite de la foi et que c'est une condition indispensable de l'acceptation des œuvres.
  2. L'explication du caractère tragique de la mécréance et qu'elle fait partie de ce qui anéanti les œuvres vertueuses.
  3. Dans l'au-delà, les mécréants ne tireront pas bénéfice de leurs œuvres du fait qu'ils ne croient pas en Allah et au Jour Dernier.
  4. Les œuvres que l'individu a accomplies alors qu'il était mécréant sont écrites en sa faveur dès lors où il devient musulman ; et il sera rétribué pour celles-ci.