عن أبي ذر الغفاري -رضي الله عنه- أن ناسًا من أصحاب رسول الله -صلى الله عليه وآله وسلم- قالوا للنبي -صلى الله عليه وآله وسلم-: يا رسول الله، ذهب أهل الدُّثُور بالأجور: يُصلون كما نُصلِّي ويَصُومون كما نصومُ، ويَتصدقون بفُضُول أموالِهم. قال: أوليس قد جعل الله لكم ما تَصَّدَّقُون: إن بكل تَسْبِيحَةٍ صَدَقَةً، وكل تَكْبِيرَةٍ صَدَقَةً، وكل تَحْمِيدَةٍ صَدَقَةً، وكلِّ تَهْلِيلَةٍ صَدَقَةً، وأمرٌ بمعروفٍ صَدَقَةٌ، ونَهْيٌ عن مُنكرٍ صَدَقَةٌ، وفي بُضْع أحدكم صدقة. قالوا: يا رسول الله، أيأتي أحدنا شهوتَه ويكونُ له فيها أجر؟ قال أرأيتم لو وضعها في حرام أكان عليه وِزْرٌ؟ فكذلك إذا وضعها في الحلال كان له أجرٌ.
[صحيح.] - [رواه مسلم.]
المزيــد ...

Abû Dharr al-Ghifârî (qu’Allah l’agrée) relate : « Quelques Compagnons du Messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) dirent à ce dernier : " Ô Messager d’Allah ! Les riches sont partis avec toutes les récompenses ! Ils prient comme nous, ils jeûnent comme nous et en plus ils font aumône du surplus de leurs biens ! - Il dit alors : Allah ne vous a-t-il pas donné de quoi faire aumône ? Chaque glorification [d’Allah] est une aumône, chaque proclamation [de la grandeur d’Allah] est une aumône, chaque louange [d’Allah] est une aumône, chaque attestation de foi est une aumône, ordonner ce qui est convenable est une aumône, interdire ce qui est blâmable est une aumône, et le rapport charnel [de l’homme avec sa femme] est une aumône. - Ils dirent : Ô Messager d’Allah ! Quelqu’un peut donc assouvir son plaisir et être récompensé ?! - Il répondit : Que diriez-vous, s’il l’accomplissait dans l’illicite, ne commettrait-il pas un péché ? Par conséquent, s’il le fait dans ce qui est licite, il sera récompensé. " »
[Authentique] - [Rapporté par Muslim]

L'explication

Abû Dharr (qu’Allah l’agrée) relate que des gens dirent : « Ô Messager d’Allah ! Les riches ont emporté toutes les récompenses et nous en ont privés, car ils prient comme nous, jeûnent comme nous, et en plus ils font aumône des biens dont ils n’ont pas besoin. » Nous sommes donc égaux quant à la prière et au jeûne, mais ils nous dépassent par le surplus de biens qu’Allah leur a accordé et dont ils font aumône tandis que nous, nous ne donnons pas l’aumône. Alors, le Prophète (sur lui la paix et le salut) leur apprit que s’ils ne pouvaient pas faire aumône de leurs biens, ils pouvaient toutefois faire aumône par des bonnes actions. Ainsi, à chaque fois que l’individu dit : « SubḥânaLlâh », ou : « Al-ḤamduliLlah », ou : « Allâhu Akbar », ou : « Lâ Ilâha IllaLlah », ou à chaque fois qu’il ordonne ce qui est convenable ou interdit ce qui est blâmable, la récompense d’une aumône lui est inscrite. Ensuite, le Prophète (sur lui la paix et le salut) leur apprit que lorsque l’individu a un rapport sexuel avec sa femme, celui-ci est considéré comme une action accordant la rétribution d’une aumône. Ils demandèrent alors : « Ô Messager d’Allah ! Quelqu’un assouvit son plaisir et gagne une récompense ? - Il leur répondit : Voyez-vous, s’il commettrait la fornication et assouvissait son plaisir dans l’illicite, ne commettrait-il pas un péché ? - Si ! Répondirent-ils. - Il dit alors : S’il l’accomplit dans le licite, il gagne une récompense ! »

La traduction: L'anglais L'espagnol. Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le bengali Le chinois Le persan Tagalog Indien
Présentation des traductions