عن أبي هريرة رضي الله عنه : أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال:«حقُّ المُسلمِ على المُسلمِ خمسٌّ: ردُّ السلام، وعِيَادَةُ المريض، واتباع الجنائز، وإجابة الدَّعوة، وتَشميتُ العاطِس».
[صحيح] - [متفق عليه]
المزيــد ...

Abû Hurayrah (qu’Allah l’agrée) relate que le Messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) a dit : « Le droit du musulman sur le musulman consiste en cinq choses : répondre au salut, visiter le malade, suivre le cortège funèbre [du défunt], répondre à l’invitation, implorer la miséricorde pour celui qui éternue. »
Authentique. - Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim.

L'explication

Ce hadith expose une partie des droits que le musulman à sur son frère musulman. Ces droits sont nombreux, mais le Prophète (sur lui la paix et le salut) s’est parfois contenté de parler de certaines choses qui font partie d’un ensemble plus grand afin de souligner l’importance de celles qu’il mentionne. Donc, parmi ces droits, on compte ceux du hadith d’Abû Hurayrah (qu’Allah l’agrée) : « Le droit du musulman sur le musulman consiste en cinq choses : « Répondre au salut… » : C’est-à-dire : lorsqu’il te salue, tu dois répondre à son salut, comme il est dit dans un autre hadith : « Lorsque tu le croises, alors salue-le ! » Celui qui s’acquitte de ces droits comme il se doit avec les musulmans observera assurément et plus encore les autres droits qui pèsent sur lui. Il se sera acquitté de ses obligations et de ses devoirs envers les autres, et s’il le fait en espérant la récompense divine, il gagnera alors beaucoup de bien et d’immenses récompenses. Ainsi, donc : Le premier de ces droits est : « Lorsque tu le croises, salue-le ! », ou : « Répondre au salut ». Le deuxième consiste à visiter le malade, celui qui est bloqué chez lui : il est du devoir de ses frères musulmans de le visiter. Le troisième est de suivre sa dépouille et de la porter : le musulman a pour devoir de suivre le cortège funèbre de son frère, depuis l’endroit où l'on accomplit la prière mortuaire (que ce soit à la mosquée ou autre part), jusqu’au cimetière. Le quatrième est de répondre à l’invitation : le musulman a pour devoir de répondre à l’invitation de son frère lorsque celui-ci l’invite. Le cinquième consiste à implorer la miséricorde divine pour celui qui éternue : éternuer est un bienfait divin, car Allah permet alors à l’air retenu dans le corps de l’individu de sortir, pour soulager celui-ci. Il est donc prescrit de louer Allah pour ce bienfait [en disant : « Al-ḥamdou liLlâh ! »] tout comme il est prescrit de dire à son frère [qui a dit : « Al-ḥamdou liLlâh ! » après avoir éternué] : « Qu’Allah te fasse miséricorde ! », ce à quoi le premier doit répondre : « Qu’Allah vous guide et améliore votre situation ! » Quant à celui qui ne loue pas Allah lorsqu’il éternue, il n’a pas droit à cette invocation et il ne peut s'en prendre qu’à lui-même.

La traduction: L'anglais L'espagnol. Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le bengali Le chinois Le persan Tagalog Indien Cinghalais Ouïghour kurde Haoussa Portugais Malayalam Télougou Swahili Tamoul Birman Allemand Japonais
Présentation des traductions