عن أبي هريرة -رضي الله عنه- مرفوعاً: «قال الله: كذَّبني ابنُ آدم ولم يكن له ذلك، وشتمني ولم يكن له ذلك، فأمَّا تكذيبُه إيَّايَ فقوله: لن يعيدَني، كما بدأني، وليس أولُ الخلق بأهونَ عليَّ من إعادتِه، وأما شتمُه إيَّايَ فقوله: اتَّخذَ اللهُ ولدًا، وأنا الأحدُ الصمد، لم ألِدْ ولم أولَد، ولم يكن لي كُفْؤًا أحدٌ».
[صحيح.] - [رواه البخاري.]
المزيــد ...

Abû Hurayra (qu’Allah l’agrée) relate que le Messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) a dit : « Allah (Gloire sur Lui) a dit : « Le fils d’Adam m’a démenti, alors qu’il n’en avait pas le droit. Il m’a aussi insulté, alors qu’il n’en avait pas le droit. Il m’a démenti en disant : « Allah ne me fera pas revenir de la même manière qu’Il m’a créé ! » Pourtant, le créer ne M’est pas plus difficile que de le faire revenir. Et il M’a insulté lorsqu’il a dit : « Allah s’est attribué un enfant ! » Pourtant, Je suis l’Unique, le Parfait ! Je n’ai pas enfanté, Je n’ai pas été enfanté et nul ne M’est équivalent. »
[Authentique] - [Rapporté par Al-Bûkhârî]

L'explication

Ceci est un hadith appelé : « Hadith Qudsî », dans lequel le Prophète (sur lui la paix et le salut) nous informe qu’Allah, le Très-Haut, a dit : « Le fils d’Adam m’a démenti, alors qu’il n’en avait pas le droit. » C’est-à-dire : un groupe parmi les enfants d’Adam m’a démenti. Cela concerne ceux qui renient la résurrection, comme les païens arabes, les adorateurs des idoles. En effet, il ne leur appartient nullement de démentir Allah (Gloire sur Lui) et Allah ne mérite pas d’être démenti. « Il m’a aussi insulté, alors qu’il n’en avait pas le droit », c’est-à-dire : certains êtres humains ont attribué à Allah ce qui relève de l’imperfection et cela concerne ceux qui Lui attribuent un enfant, comme on le comprend par la suite. Pourtant, il ne leur appartient nullement d’insulter Allah (Gloire sur Lui), tout comme Allah ne mérite pas qu’on l'insulte. Ensuite, Allah détaille la chose en disant : « Il m’a démenti, en disant : Allah ne me fera pas revenir comme Il m’a créé. » C’est-à-dire : l’être humain dément son Seigneur en prétendant qu’Il ne le fera pas revivre après sa mort comme Il l’a créé à partir du néant. Ceci constitue de la mécréance et de l’incroyance. Allah (Gloire sur Lui) leur répond en disant : « Le créer ne M’est pas plus difficile que de le faire revenir », c’est-à-dire : le fait de le créer à partir du néant ne M’est pas plus difficile que de le faire revivre après sa mort, et Je suis autant capable de l’un que de l’autre. De plus, logiquement, le faire revenir est plus facile que de le créer, puisque les bases et les traces de son corps existent déjà. « Et il M’a encore insulté, en disant : Allah s’est attribué un enfant », c’est-à-dire : ils lui ont attribué un enfant. En effet : {Les juifs ont dit : « ‘Uzayr est le fils d’Allah ! », et les chrétiens ont dit : « Le messie est le fils d’Allah ! »}. Et les Arabes ont dit : « Les Anges sont les filles d’Allah ! » Ceci revient à insulter Allah et à Le dénigrer, à Le mettre au même rang que les créatures. Allah (Gloire sur Lui) leur a répondu en disant : « Je suis l’Unique », celui qui est absolument unique, tant par Son être que par Ses qualités, Celui qui est exempt de toute imperfection et doté de tout aspect de perfection. « Le Parfait » : Celui qui est absolument indépendant et dont chacun dépend, Celui qui est parfait dans tous les aspects de la supériorité et de la noblesse. « Je n’ai pas enfanté ! » : Je ne suis le père de personne. « Je n’ai pas été enfanté ! » : Je ne suis l’enfant de personne, puisqu’Il est le Premier et le Dernier, l’Eternel. « Et nul ne M’est équivalent ! » : Je n’ai aucun semblable ni aucun égal. Le fait de renier tout équivalent inclut de renier la paternité, la filiation, le fait d’avoir une épouse, etc.

La traduction: L'anglais L'espagnol. Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le bengali Le chinois Le persan Tagalog Indien
Présentation des traductions