جُنْدُبُ بن عبد اللهِ البجلي -رضي الله عنه- قَالَ: قَالَ رَسُولُ اللَّهِ -صلى الله عليه وسلم -: «كان فيمن كان قبلكم رجل به جُرْحٌ فَجَزِعَ؛ فأخذ سكِّينا فحَزَّ بها يده، فما رَقَأَ الدم حتى مات، قال الله -عز وجل-: عبدي بَادَرَنِي بنفسه، حرمت عليه الجنة».
[صحيح.] - [متفق عليه.]
المزيــد ...

Jundub Ibn ‘AbdiLlah Al Bajilî (qu’Allah les agrées tous les deux) relate que le Prophète (sur lui la paix et le salut) a dit : « Il y avait parmi les gens avant vous, un homme blessé. Celui-ci fit preuve d’impatience, il se saisit d’un couteau et se trancha le bras. Le sang ne cessa de couler jusqu’à ce qu’il mourût. Allah, Le Puissant Le Majestueux, a alors dit : « Mon serviteur s’est précipité vers Moi. Je lui interdis le Paradis ! »

L'explication

Le Prophète (sur lui la paix et le salut) a raconté à ses Compagnons l’histoire d’un homme d’un ancien peuple, avant le nôtre, qui souffrait d’une blessure douloureuse. Cet homme, dont la foi et le cœur étaient faibles, fit preuve d’impatience quant à sa douleur et désespéra de la miséricorde d’Allah et de Sa guérison : il se saisi d’un couteau et se trancha le bras. Le sang se mit à couler abondamment, jusqu’à ce qu’il mourût. Alors, Allah a dit en substance : « Voici mon serviteur ! Il a désespéré de Ma miséricorde et de Ma guérison, et il n’a pas fait preuve d’endurance dans cette épreuve. Il a précipité sa venue vers Moi en commettant ce crime, et a cru qu’en se suicidant, il raccourcirait ainsi sa vie. Pour toutes ces raisons, je lui ai interdit le Paradis. » Et celui à qui Allah interdit le Paradis, alors l’Enfer est sa demeure.

La traduction: L'anglais L'espagnol Le turque L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le bengali Le chinois Le persan
Présentation des traductions