عن أبي سعيد الخدري -رضي الله عنه- قال: قال النبي -صلى الله عليه وسلم-: «لا تَسُبُّوا أصحابي، فلو أنَّ أحدَكم أَنْفَقَ مثل أُحُد، ذهَبًا ما بَلَغَ مُدَّ أحدهم، ولا نَصِيفَه».
[صحيح.] - [متفق عليه.]
المزيــد ...

D'après Abû Sa'îd Al Khudrî - qu'Allah l'agrée - le Prophète - paix et salut sur lui - a dit : " N'insultez pas mes Compagnons ! En effet, si l'un d'entre vous dépensait en or l'équivalent de [la montagne] Uhud, il n'atteindrait pas la quantité de deux paumes de l'un d'entre eux, ni même sa moitié. "
[Authentique] - [Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim]

L'explication

Le Prophète - paix et salut sur lui - a interdit d'insulter quiconque parmi ses Compagnons. Il a informé que si quelqu'un dépensait l'équivalent en or de la montagne de Uhud, il n'atteindrait pas la rétribution d'une dépense effectuée par l'un des Compagnons qui remplirait sa paume en nourriture, voire même la moitié de cela. Ceci parce que tous les Compagnons sont meilleurs que l'ensemble de quiconque est venu après eux. Et le mérite de leurs aumônes est que cela était lié à un moment de nécessité et de situation de gêne mais aussi que leur dépense visait à le secourir - paix et salut sur lui - et le protéger [de son vivant] tandis que cela n'existe plus pour quiconque est venu après lui. Il en est de même de leur combat et du reste de leurs obéissances. En outre, ils montraient de la compassion, de l'affection, du recueillement, de la modestie, de l'altruisme et de la réelle ardeur au combat dans le sentier d'Allah. En fait, le mérite d'être un Compagnon, ne serait-ce que d'un instant, n'est équivalent à aucune oeuvre. Et les mérites ne se mesurent pas à des raisonnements par analogie, et ceci est la grâce d'Allah qu'Il accorde à qui Il souhaite.

La traduction: L'anglais Le bosniaque Le russe Le chinois Le persan Indien
Présentation des traductions