عن أبي حميد الساعدي -رضي الله عنه- قال: استعمل النبي -صلى الله عليه وسلم- رجلا من الأزد يقال له: ابن اللُّتْبِيَّةِ على الصدقة، فلما قدم، قال: هذا لكم، وهذا أُهْدِيَ إِلَيَّ، فقام رسول الله -صلى الله عليه وسلم- على المنبر فحمد الله وأثنى عليه، ثم قال: «أما بعد، فإني أستعمل الرجل منكم على العمل مما وَلاَّنِي الله، فيأتي فيقول: هذا لكم وهذا هدية أهديت إلي، أفلا جلس في بيت أبيه أو أمه حتى تأتيه هديته إن كان صادقًا، والله لا يأخذ أحد منكم شيئًا بغير حقه إلا لقي الله تعالى، يحمله يوم القيامة، فلا أعرفن أحدًا منكم لقي الله يحمل بعيرًا له رُغَاءٌ، أو بقرةً لها خُوَارٌ، أو شاة تَيْعَرُ» ثم رفع يديه حتى رُؤِي بياض إِبْطَيْهِ، فقال: «اللهم هل بَلَّغْتُ».
[صحيح.] - [متفق عليه.]
المزيــد ...

Le Prophète (sur lui la paix et le salut) avait chargé du prélèvement de l'aumône légale un homme [de la tribu] des Azd, nommé : Ibn Al-Lutbiyyah. Quand cet homme revint, il dit : « Ceci est à vous et cela c’est ce qu'il m'a été donné en cadeau. » Alors, le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) se leva sur le minbar, loua Allah et fit Son éloge, ensuite il dit : « Ceci étant dit : J’ai chargé un homme parmi vous d’un travail qu’Allah m’avait chargé et [à son retour] il a dit : « Ceci est pour vous et cela est un cadeau qui m’a été offert ! » Ne fallait-il pas mieux qu'il resta chez son père ou chez sa mère afin qu'il voie si on lui offre un cadeau [ou non] s’il était véridique ? Par Allah ! Quiconque parmi vous prend quelque chose [de l’argent de l’aumône légale] sans aucun droit, rencontrera Allah, Exalté soit-Il, le Jour de la Résurrection en le portant à son cou. Par conséquent, que je ne vois personne d’entre vous qui rencontrera Allah en portant un chameau qui blatèrera, ou une vache qui meuglera, ou [encore] un mouton qui bêlera. » Il leva ensuite ses mains tellement haut que nous aperçûmes le blanc de ses aisselles et il dit alors : « Ô Allah ! Ai-je transmis ? »

L'explication

Le Prophète (sur lui la paix et le salut) chargea du prélèvement et du rassemblement de l'aumône légale un homme [de la tribu] des Azd, nommé : Ibn Al-Lutbiyyah. Quand cet homme arriva à Médine après avoir fini son travail, il montra certains biens en sa possession et dit : « Voici ce qui est à vous, ô musulmans ! Quant à ceci, il m'a été donné en cadeau ! » Alors, le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) se leva sur le minbar afin d'informer les gens et de les mettre en garde contre cet acte. Il loua Allah, fit son éloge et dit : « Ceci étant dit : J’ai chargé un homme parmi vous d’un travail qu’Allah m’avait chargé d’accomplir concernant la gestion des aumônes et des butins et au retour de son travail, il a dit : « Ceci est pour vous et ceci est un cadeau qui m’a été offert ! » Ne fallait-il pas mieux qu'il resta chez son père ou chez sa mère pour qu'il voie si on lui offre un cadeau [ou non] s’il était véridique dans sa parole ? Par Allah ! Quiconque parmi vous, ô travailleurs, prend quelque chose [de l’argent de l’aumône légale] qu'on lui a donné, sans aucun droit, rencontrera Allah - le Jour de la Résurrection - en le portant à son cou. Peu importe que ce soit un chameau, une vache ou un mouton. » Puis, il leva ses mains si haut que les Compagnons (qu'Allah les agrée tous) aperçurent le blanc de ses aisselles et il dit ensuite, à trois reprises : « Ô Allah ! Ai-je transmis ? »

La traduction: L'anglais Le turque L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le chinois Le persan
Présentation des traductions