عن عائشة -رضي الله عنها- قالت: جَاءَتنِي مِسْكِينَة تَحمِل ابنَتَين لها، فَأَطْعَمْتُها ثَلاثَ تَمَرَات، فَأَعْطَت كُلَّ وَاحِدَة مِنْهُما تَمْرَة وَرَفَعت إِلَى فِيهَا تَمْرَة لِتَأكُلَها، فَاسْتَطْعَمَتْها ابْنَتَاهَا، فَشَقَّت التَّمْرَة التي كانت تريد أن تَأْكُلَها بينهما، فَأَعْجَبَنِي شَأْنُهَا، فَذَكَرت الذي صَنَعَتْ لرسول الله -صلى الله عليه وسلم- فقال: «إِنَّ الله قَدْ أَوجَبَ لَهَا بِهَا الجَنَّة، أَو أَعْتَقَهَا بِهَا مِنَ النَّار».
[صحيح.] - [رواه مسلم.]
المزيــد ...

‘Âisha (qu'Allah l'agrée) relate que : « Une pauvre femme portant ses deux filles, est venue à moi, et je lui donnai trois dattes. Elle donna une datte à chacune d’entre elles, et approcha une autre de sa bouche pour la manger, mais les deux filles lui en réclamèrent. Elle leur partagea alors la datte qu’elle voulait manger. Son geste me plut énormément ; je racontai donc à l’envoyé d’Allah (sur lui la paix et le salut) ce qu’avait fait cette femme. Il dit : « [Par ce geste], Allah lui a promis le Paradis, ou l’a affranchi du Feu ».

L'explication

Le hadith de ‘ʽÂ'ishâh (qu’Allah l’agrée) nous décrit un signe supplémentaire de la miséricorde que les personnes âgées peuvent avoir envers les plus jeunes ; elle raconte à ce propos : - Une pauvre femme avec ses deux filles, est venu me voir, et je lui donnai à manger trois dattes. Elle en donna une à chacune de ses filles, puis se saisit de la troisième pour la manger. Mais les deux filles réclamèrent la datte que leur mère s’apprêtait à manger. La mère coupa cette datte en deux, et la partagea entre elles, et ne mangea finalement rien. ‘ʽÂ'ishâh (qu'Allah l'agrée) raconta alors à l’Envoyé (sur lui la paix et le salut) ce que cette femme avait fait, et il lui dit : « Allah lui a promis le Paradis, ou l’a affranchi du Feu. » : En effet, pour ce geste d’une grande compassion envers ses filles, Allah lui promis le Paradis.

La traduction: L'anglais L'espagnol Le turque L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le Bengali Le chinois
Présentation des traductions