عن صهيب بن سنان الرومي -رضي الله عنه- مرفوعا: «كان ملك فيمَن كان قَبلَكم وكان له ساحِر فَلَمَّا كَبِرَ قال للمَلِكِ: إنِّي قد كَبِرْتُ فَابْعَثْ إلى غلامًا أُعَلِّمْهُ السِّحْر؛ فبعث إليه غلامًا يُعَلِّمُهُ، وَكانَ في طرِيقِهِ إِذَا سَلَكَ رَاهِبٌ، فَقَعدَ إليه وسَمِعَ كَلامَهُ فَأعْجَبَهُ، وكان إذا أتَى السَّاحِرَ، مَرَّ بالرَّاهبِ وَقَعَدَ إليه، فَإذَا أَتَى الساحر ضَرَبَهُ، فَشَكَا ذلِكَ إِلَى الرَّاهِب، فَقَالَ: إِذَا خَشِيتَ الساحر فَقُل: حَبَسَنِي أَهلِي، وَإذَا خَشِيتَ أهلَكَ فَقُل: حَبَسَنِي السَّاحِرُ . فَبَينَما هو عَلَى ذلِك إِذ أَتَى عَلَى دَابَّةٍ عَظِيمَةٍ قَد حَبَسَت النَّاسَ، فَقَال: اليومَ أعلَمُ السَّاحرُ أفضَلُ أم الرَّاهبُ أفضَل؟ فَأخَذَ حَجَرا، فَقَالَ: اللَّهُم إن كَانَ أمرُ الرَّاهِبِ أَحَبَّ إليكَ مِن أمرِ السَّاحِرِ فَاقتُل هذه الدّابَّة حَتَّى يَمضِي النَّاسُ، فَرَمَاهَا فَقَتَلَها ومَضَى النَّاسُ، فَأتَى الرَّاهبَ فَأَخبَرَهُ. فَقَالَ لَهُ الرَّاهبُ: أَي بُنَيَّ أَنتَ اليومَ أفضَل منِّي قَد بَلَغَ مِن أَمرِكَ مَا أَرَى، وَإنَّكَ سَتُبْتَلَى، فَإن ابتُلِيتَ فَلاَ تَدُلَّ عَلَيَّ؛ وَكانَ الغُلامُ يُبرِىءُ الأكمَهَ وَالأَبرصَ، ويُداوي النَّاس من سَائِرِ الأَدوَاء، فَسَمِعَ جَليس لِلملِكِ كَانَ قَد عَمِيَ، فأتاه بَهَدَايا كَثيرَة، فَقَالَ: مَا ها هُنَا لَكَ أَجمعُ إن أنتَ شَفَيتَنِي، فقال: إنّي لا أشْفِي أحَدًا إِنَّمَا يَشفِي اللهُ تَعَالَى، فَإن آمَنتَ بالله تَعَالَى دَعَوتُ اللهَ فَشفَاكَ، فَآمَنَ بالله تَعَالَى فَشفَاهُ اللهُ تَعَالَى، فَأَتَى المَلِكَ فَجَلسَ إليهِ كَما كَانَ يَجلِسُ، فَقَالَ لَهُ المَلِكُ: مَن رَدّ عليكَ بَصَرَكَ؟ قَالَ: رَبِّي، قَالَ: وَلَكَ رَب غَيري؟ قَالَ: رَبِّي وَرَبُّكَ اللهُ، فَأَخَذَهُ فَلَم يَزَل يُعَذِّبُهُ حَتَّى دَلَّ عَلَى الغُلامِ، فَجيء بالغُلاَمِ، فَقَالَ لَهُ المَلِك: أيْ بُنَيَّ، قد بَلَغَ مِن سِحرِك مَا تُبْرىء الأكمَهَ وَالأَبْرَصَ وتَفعل وتَفعل؟! فَقَالَ: إنِّي لا أَشفي أحَدًا، إِنَّمَا يَشفِي الله تَعَالَى. فَأَخَذَهُ فَلَم يَزَل يُعَذِّبُهُ حَتَّى دَلَّ عَلَى الرَّاهبِ؛ فَجِيء بالرَّاهبِ فَقيلَ لَهُ: ارجِع عن دينكَ، فَأَبى، فَدَعَا بِالمنشَار فَوُضِعَ المِنشارُ في مَفْرق رأسه، فَشَقَّهُ حَتَّى وَقَعَ شِقَّاهُ، ثُمَّ جِيءَ بِجَليسِ المَلِكِ فقيل لَهُ: ارجِع عن دِينِك، فَأَبَى، فَوضِعَ المِنشَارُ في مَفْرِق رَأسِه، فَشَقَّهُ بِهِ حَتَّى وَقَعَ شِقَّاهُ، ثُمَّ جِيءَ بالغُلاَمِ فقيلَ لَهُ: ارجِع عَن دِينكَ، فَأَبَى، فَدَفَعَهُ إِلَى نَفَر مِن أصحَابه، فَقَالَ: اذهبوا بِه إِلى جَبَلِ كَذَا وَكَذَا فَاصعَدُوا بِهِ الجَبَل، فَإِذَا بَلَغتُم ذِرْوَتَهُ فَإِن رَجَعَ عَن دِينِهِ وَإلاَّ فَاطرَحُوهُ. فَذَهَبُوا بِهِ فَصَعِدُوا بِهِ الجَبَلَ، فَقَالَ: اللَّهُمَّ أكْفنيهم بِمَا شِئْتَ، فَرَجَفَ بهِمُ الجَبلُ فَسَقَطُوا، وَجاءَ يَمشي إِلَى المَلِكِ، فَقَالَ لَهُ المَلِكُ: مَا فَعَلَ أصْحَابُكَ؟ فَقَالَ: كَفَانِيهمُ الله تَعَالَى، فَدَفَعَهُ إِلَى نَفَر مِن أَصحَابِه فَقَالَ: اذهَبُوا بِهِ فاحمِلُوهُ في قُرْقُورٍ وتَوَسَّطُوا بِهِ البَحر، فَإن رَجعَ عَن دِينِه وإِلاَّ فَاقْذِفُوه. فَذَهَبُوا بِهِ، فَقَالَ: اللَّهُمَّ اكْفِنيهم بمَا شِئتَ، فانكَفَأَت بِهمُ السَّفينةُ فَغَرِقُوا، وَجَاء يمشي إِلَى المَلِكِ. فقال له الملِك: ما فعلَ أصحابك؟ فَقَالَ: كَفَانيهمُ الله تَعَالَى. فَقَالَ لِلمَلِكِ: إنَّكَ لست بقاتلي حتى تفعل ما آمُرُكَ به. قَالَ: ما هو؟ قَالَ: تجمع الناس في صعيد واحد وتَصْلبني على جِذع، ثم خُذ سهمًا من كِنَانَتي، ثم ضَعِ السهم في كَبدِ القوس ثم قل: بسم الله رب الغلام، ثم ارْمِني، فإنَّكَ إِذَا فَعَلت ذلك قَتَلتَني، فَجَمَعَ النَّاسَ في صَعيد واحد، وَصَلَبَهُ عَلَى جِذْع، ثُمَّ أَخَذَ سَهْمًا من كِنَانَتِهِ، ثم وضع السهم في كَبِدِ القوس، ثم قَالَ: بسم الله رب الغلام، ثم رَمَاهُ فَوقَعَ في صُدْغِهِ، فَوَضَعَ يَدَهُ في صُدْغِهِ فمات، فقال الناس: آمَنَّا بِرَبِّ الغُلامِ، فأتي المَلِكُ فقيلَ لَهُ: أَرَأَيْتَ مَا كنت تَحْذَرُ قَد والله نَزَلَ بكَ حَذَرُكَ، قد آمَنَ الناس. فأَمَرَ بِالأُخْدُودِ بأفْواهِ السِّكَكِ فَخُدَّتْ وأُضْرِمَ فيها النِّيرانُ وقال: من لم يَرْجِع عن دينه فأقحموه فيها، أو قيلَ لَهُ: اقتَحِم فَفَعَلُوا حَتَّى جَاءت امرأة ومعَها صَبيٌّ لها، فتَقَاعَسَت أن تَقَع فيها، فقال لها الغُلام: يا أمه اصبِري فإنَّكِ َعلى الحقِّ».
[صحيح.] - [رواه مسلم.]
المزيــد ...

Ṣuhayb ibn Sinân Ar-Rûmî (qu’Allah l’agrée) relate que le Messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) a dit : « Parmi ceux qui vous ont précédés, il y avait un roi qui avait un sorcier auprès de lui. Devenu vieux, le sorcier a dit au roi : « Voilà que j’ai vieilli, envoie-moi donc un garçon à qui j’enseignerai la sorcellerie ! » Il lui envoya donc un garçon pour qu’il soit son élève. Lorsqu’il se rendait chez le sorcier, le garçon empruntait un chemin sur lequel se trouvait un moine et auprès duquel il s’asseyait pour écouter ses paroles, qui l’enchantèrent. A chaque fois qu’il se rendait chez le sorcier, il passait chez le moine et s’asseyait avec lui et lorsqu’il arrivait chez le sorcier, celui-ci le frappait. Un jour, il s’est plaint de cela au moine qui lui a alors dit : « Si tu redoutes le sorcier, alors dis : « Ma famille m’a retenu ! » Et si tu redoutes ta famille, alors dis : « Le sorcier m’a retenu ! » Un jour [où il se rendait chez le sorcier], comme à son habitude, il rencontra une bête immense et imposante qui retenait les gens. Il s’est alors dit en lui-même : « Aujourd’hui, je saurai qui est le meilleur entre le sorcier et le moine. Il prit une pierre et dit : « Ô Allah ! Si tu préfères la voie du moine à celle du sorcier, alors tue cette bête, pour que les gens puissent continuer leur route ! » Il jeta la pierre et tua la bête et les gens purent alors continuer leur route. Il alla en informer le moine qui lui a dit : « Eh bien, mon fils ! Désormais, tu es meilleur que moi ! Je constate que tu as atteint un haut niveau ! Assurément, tu vas être éprouvé ! Toutefois, si on t’éprouve, alors ne me dénonce pas ! » C’est ainsi que le garçon guérissait l’aveugle et le lépreux de même qu’il soignait les gens contre tous les maux. L’un des proches du roi entendit parler de lui. Devenu aveugle, il alla à sa rencontre avec de nombreux présents et lui dit : « Si tu me guéris, alors tout ceci est pour toi ! » Mais, il répondit : « Je ne guéris personne, c’est Allah [Seul] qui guérit ! Si tu crois en Allah, je L’invoquerai et Il te guérira ! » L’homme crut en Allah et Allah le guérit. Il se rendit alors auprès du roi et s’assit auprès de lui comme il en avait l'habitude. Le roi lui demanda : « Qui t’a rendu la vue ? » Il répondit : « Mon Seigneur ! ». Il lui demanda : « As-tu un Seigneur autre que moi ? » Il répliqua : « Mon Seigneur et ton Seigneur n’est autre qu’Allah ! » Alors, il le prit et le tortura au point où il dénonça le garçon. On fit amener le garçon à qui le roi dit : « Eh bien, mon fils ! Tu as atteint un tel niveau de sorcellerie que tu guéris l’aveugle et le lépreux, tu fais ceci et cela… » Il rétorqua : « Je ne guéris personne, mais c’est Allah [Seul] qui guérit ! » Alors, il le prit et le tortura au point où il dénonça le moine. On ordonna alors à celui-ci : « Délaisse ta religion ! » Mais, il refusa, alors on amena une scie, que l’on plaça sur le milieu de sa tête et on le scia jusqu’à ce qu’il tombe en deux morceaux. Puis, on fit amener le compagnon du roi et on lui dit : « Délaisse ta religion ! » Celui-ci refusa aussi, alors on posa une scie sur le milieu de sa tête et on le scia jusqu’à ce qu’il tombe lui aussi en deux morceaux. Puis, on fit amener le garçon et on lui dit : « Délaisse ta religion ! » Mais, il refusa. Le roi le confia alors à certains de ses subordonnés et ordonna : « Emmenez-le jusqu’à telle montagne et, [une fois arrivés] là, conduisez-le au sommet. S’il refuse de délaisser sa religion, jetez-le ! » Ils le conduisirent alors jusqu’au sommet de la montagne. Là, il invoqua : « Ô Allah ! Débarrasse-moi d’eux comme Tu le souhaites ! » Alors, la montagne se mit à trembler et ils tombèrent. Il revint en marchant à la rencontre du roi qui lui demanda : « Qu’est-il donc advenu de ceux qui étaient avec toi ? » Il répondit : « Allah, Gloire et Pureté à Lui, m’en a débarrassé ! » Il le confia alors à d’autres parmi ses subordonnés et leur ordonna : « Embarquez-le sur un navire jusqu’au beau milieu de la mer et s’il refuse encore de délaisser sa religion, jetez-le ! » Lorsqu’ils l’emmenèrent, il invoqua encore : « Ô Allah ! Débarrasse-moi d’eux comme Tu le souhaites ! » Alors, le navire tangua jusqu’à les faire tomber et ils se noyèrent. Il revint [une fois de plus] en marchant à la rencontre du roi qui lui demanda [de nouveau] : « Qu’est-il advenu de ceux qui étaient avec toi ? » Il répondit : « Allah m’en a débarrassé ! » Alors, il s’adressa au roi en lui disant : « Tu ne pourras jamais me tuer, à moins que tu ne fasses ce que je t’ordonne ! » Il demanda : « Quoi donc ? » Il lui a dit : « Réunis tout le monde dans une même place et attache-moi à un tronc d’arbre. Ensuite, prends une flèche dans mon carquois, place-la dans l’arc et, avant de me tirer dessus, dis : « Au nom d’Allah ! Le Seigneur du garçon ! » Si tu agis de la sorte, alors tu me tueras ! » Il regroupa donc les gens dans une même place, il attacha le garçon à un tronc d’arbre, il prit une flèche dans son carquois, la plaça dans l’arc et, avant de tirer, il dit : « Au nom d’Allah ! Le Seigneur du garçon ! ». La flèche toucha le garçon à la tempe, il posa sa main sur sa tempe et mourut. Alors, les gens se mirent à dire : « Nous croyons en Allah, le Seigneur du garçon ! » Le roi s’avança et on lui fit remarquer : « Vois-tu ce que tu redoutais ! Par Allah ! Ce que tu redoutais est en train de t’arriver ! Les gens ont la foi ! » Alors, il ordonna que l’on creuse des fossés au bord des chemins. Après les avoir creusés, on y alluma le feu et il ordonna : « Celui qui ne délaisse pas sa religion, alors jetez-le dedans ! » Ou il a dit : « Brûlez-les ! » Ils s’exécutèrent jusqu’à ce qu’une femme s’avança avec son enfant. Elle hésita un instant, de peur de tomber dans le feu, lorsque son enfant lui a dit : « Ô ma douce mère ! Patiente ! Car, certes tu es sur la vérité ! »

L'explication

Ce Ḥadith comporte une histoire surprenante : un roi d’une époque passée avait un sorcier qu’il avait pris comme conseiller afin que celui-ci serve ses intérêts [mondains], y compris aux dépens de la religion. En effet, ce roi ne se souciait que de ses intérêts, c’était un tyran, qui avait forcé et réduit les gens à lui vouer un culte. Lorsque le sorcier vieillit, il dit au roi : « Je suis devenu vieux, envoie-moi un garçon à qui j’enseignerai mon savoir ! » S’il a choisi un jeune garçon, c’est parce qu’un jeune est plus apte à apprendre et à ne pas oublier. Mais, [quoi qu’aient décidé le roi et le sorcier], Allah voulait le bien de ce jeune garçon. Un jour, alors qu’il passa près d’un moine, il écouta ses paroles et fut émerveillé. Cet homme étant un dévot, il ne disait que du bien. Il est fort possible, en plus d’être un dévot, qu'il fut un savant mais qu'on le désigna en tant que moine du fait de ses pratiques cultuelles assidues. A chaque fois qu’il sortait de chez sa famille, le garçon passait chez le moine et arrivait en retard chez le sorcier, qui le frappait et le réprimandait. Le garçon se plaignit des coups au moine et lui demanda un moyen de s’en débarrasser. Il lui dit alors : « Lorsque tu te rends chez le sorcier et que tu crains qu’il te punisse, dis-lui : « C’est ma famille qui m’a retenu ! » Et lorsque tu vas chez ta famille et qu’ils t’interrogent, dis-leur : « C’est le sorcier qui m’a retenu ! » afin de te mettre à l’abri vis-à-vis des deux parties ! » Il semble - et Allah sait mieux - que le moine lui ait indiqué cette façon de faire, bien qu’elle relève du mensonge, parce qu’elle représentait un intérêt plus important que le mal que comporte le mensonge. Ou alors, qu'il parlait du fait de mentir indirectement, en employant le verbe retenir au sens figuré. Le garçon suivit donc son conseil. Il se rendait chez le moine pour écouter ses paroles, puis se rendait chez le sorcier. Si celui-ci voulait le punir pour son retard, il disait : « Ma famille m’a retenu ! » Et lorsqu’ il revenait chez sa famille en retard, il disait : « C’est le sorcier qui m’a retenu ! » Un jour, il passa devant un énorme lion qui empêchait les gens de passer. Il voulut alors tenter une expérience afin de savoir qui des deux était le meilleur : le sorcier ou le moine ? Il prit une pierre et demanda à Allah que cette pierre tue le lion si la voie du moine était meilleure. Il jeta la pierre et tua la bête, si bien que les gens purent passer de nouveau. Il comprit alors que la voie du moine était la meilleure et informa ce dernier de ce qui s’était passé. Le moine lui dit : « Aujourd’hui, tu es devenu meilleur que moi et tu as atteint un niveau élevé. Tu vas sûrement être éprouvé et, si c’est le cas, ne parle pas de moi ! » Le garçon guérissait l’aveugle et le lépreux [par la permission d'Allah] et il soignait les gens contre tous les maux. L’un des proches du roi entendit parler de lui. Devenu aveugle, il alla à sa rencontre avec de nombreux présents et lui dit : « Si tu me guéris, tout ceci est pour toi ! » Mais, il lui répondit : « Je ne guéris personne, c’est Allah [Seul] qui guérit ! Si tu crois en Allah, je L’invoquerai et Il te guérira. » L’homme crut en Allah et Allah le guérit. Ensuite, il se rendit [comme à son habitude] chez le roi auprès duquel il exprima sa foi en Allah et son incroyance vis-à-vis de lui. Le roi lui ordonna alors de délaisser sa religion, mais il refusa, ce qui nous apprend qu’il incombe à l’individu de faire preuve de patience et de résignation. On convoqua alors le moine, auquel on ordonna : « Délaisse ta religion ! » Et comme il refusa, on amena une scie, que l’on plaça sur le milieu de sa tête et on le scia jusqu’à ce qu’il tombe en deux morceaux. Puis, on amena le garçon et on lui ordonna aussi de délaisser sa religion. Mais, celui-ci refusa aussi. Alors, le roi le confia à certains de ses subordonnés et dit : « Emmenez-le jusqu’à telle montagne puis conduisez-le au sommet ; s’il refuse encore de délaisser sa religion, jetez-le ! » Ils le conduisirent jusqu’au sommet de la montagne. Là, il implora : « Ô Allah ! Débarrasse-moi d’eux comme Tu le souhaites ! » La montagne se mit à trembler et ils tombèrent. Il revint en marchant à la rencontre du roi, qui lui demanda : « Qu’est-il donc advenu de ceux qui étaient avec toi ? » Il répondit : « Allah m’en a débarrassé ! » Il le confia alors à d’autres parmi ses subordonnés et leur ordonna : « Embarquez-le sur un navire, jusqu’au beau milieu de la mer, et s’il refuse encore de délaisser sa religion, jetez-le ! » Lorsqu’ils l’emmenèrent, il invoqua : « Ô Allah ! Débarrasse-moi d’eux comme Tu le souhaites ! » Le navire tangua jusqu’à les faire tomber et ils se noyèrent. Il revint en marchant à la rencontre du roi, qui lui demanda de nouveau : « Qu’est-il advenu de ceux qui étaient avec toi ? » Il répondit encore une fois : « Allah m’en a débarrassé ! » Puis, il dit au roi : « Tu ne pourras jamais me tuer, à moins que tu ne fasses ce que je t’ordonne ! » Il demanda : « Et quoi donc ? » Il lui dit : « Réunis tout le monde dans une même place et attache-moi à un tronc d’arbre. Ensuite, prends une flèche dans mon carquois, place-la dans l’arc et, avant de me tirer dessus, dis : « Au nom d’Allah ! Le Seigneur du garçon ! » Si tu agis de la sorte, alors tu me tueras. » Il regroupa les gens dans une même place et attacha le garçon à un tronc d’arbre. Il prit une flèche dans son carquois, la plaça dans l’arc et, avant de tirer, il dit : « Au nom d’Allah ! Le Seigneur du garçon ! » La flèche le toucha à la tempe, il posa sa main sur sa tempe et mourut. Les gens se mirent alors à dire : « Nous croyons en Allah, le Seigneur du garçon ! » Le roi s’avança et on lui dit : « Vois-tu ce que tu redoutais ? Par Allah ! Ce que tu redoutais est en train de t’arriver ! Les gens ont la foi ! » Il ordonna que l’on creuse des fossés au bord des chemins. Ce fût fait et on y alluma du feu. Ensuite, il dit : « Celui qui ne délaisse pas sa religion, jetez-le dedans ! » Ou il a dit : « Brûlez-les ! » Ils s’exécutèrent, jusqu’à ce qu’une femme s'avança avec son enfant. Elle recula afin ne pas y tomber, par miséricorde envers son enfant, mais son enfant lui dit : « Ô ma douce mère ! Patiente ! Car, certes, tu es sur la vérité ! »

La traduction: L'anglais L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le chinois Le persan
Présentation des traductions