عن عبد الله بن زيد بن عاصم قال: «لما أفَاء الله على رسوله يوم حُنَيْنٍ؛ قَسَم في الناس، وفي المُؤَلَّفَةِ قلوبهم، ولم يعطِ الأنصار شيئا. فكأنهم وجدوا في أنفسهم؛ إذ لم يُصِبْهُمْ ما أصاب الناس. فخطبهم؛ فقال: يا معشر الأنصار، ألم أجدكم ضُلاَّلاً فهداكم الله بي؟ وكنتم متفرقين فَأَلَّفَكُمُ الله بي؟ وَعَالَةً فأغناكم الله بي؟ كلما قال شيئًا؛ قالوا: اللهُ ورسولُه أمَنُّ. قال: ما يمنعكم أن تجيبوا رسول الله؟ قالوا: الله ورسوله أمَنُّ. قال: لو شِئْتُمْ لقلتم: جئتنا كذا وكذا. أَلَا تَرْضَوْنَ أن يذهب الناس بالشاة والبعير، وتذهبون برسول الله إلى رحَالِكُم؟ لولا الهجرة لكنت امْرَأً من الأنصار، ولو سلك الناس واديًا أو شِعْبًا، لَسَلَكْتُ وادي الأنصار وَشِعْبَهَا. الأنصار شِعَارٌ، والناس دِثَارٌ، إنكم ستلقون بعدي أَثَرَةً ، فاصبروا حتى تلقوني على الحوض».
[صحيح.] - [متفق عليه.]
المزيــد ...

‘Abdullah ibn Zayd ibn ʽÂṣim a dit : « Lorsqu’Allah accorda du butin à Son Messager (sur lui la paix et le salut) le jour de Ḥunayn, celui-ci le distribua aux gens et à ceux dont il voulait gagner les cœurs. Il n’en donna rien aux Anṣâr, qui en ressentirent quelque rancœur, déçus de n’avoir rien reçu de ce que les gens reçurent. Le Prophète (sur lui la paix et le salut) s’adressa alors à eux en disant : « Ô Anṣâr ! Ne vous ai-je pas trouvés égarés et Allah vous a guidés par mon intermédiaire ? Alors que vous étiez divisés et Allah vous a réunis par mon intermédiaire ? Et que vous étiez pauvres et Allah vous a enrichis par mon intermédiaire ? » A chaque phrase qu’il disait, ils répondaient : « Allah et Son Messager sont bienveillants ! » Puis, Il a dit : « Qu’est-ce qui vous empêche de répondre au Messager d’Allah ? » Ils répondirent : « Allah et Son Messager sont bienveillants ! » Il dit alors : « Vous pourriez dire : « Tu nous es venus dans tel et tel état...» Cela ne vous suffit-il pas que les gens repartent avec des moutons et des chameaux tandis que vous, vous repartez chez vous avec le Messager d’Allah? Si ce n’était l’émigration, j’aurais été un homme parmi les Anṣâr ! Si les gens passaient par une vallée ou un chemin entre les montagnes, j’emprunterais le chemin qu’empruntent les Anṣâr et leurs sentiers ! Les Anṣâr sont mon emblème et les gens des étrangers ! Vous rencontrerez après moi quelques difficultés et épreuves, patientez jusqu’à me rencontrer et me rejoindre au Bassin. »
[Authentique] - [Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim]

L'explication

Après la bataille de Ḥunayn et après avoir délaissé le siège de Ṭâ‘if, le Prophète (sur lui la paix et le salut) revint avec de colossaux butins qu’Allah lui avait accordés à Ḥunayn. Il en donna à des nouveaux convertis, afin de gagner leurs cœurs ce qui déplut à certains Anṣâr qui dirent : « Le Messager d’Allah donne à des gens dont le sang coule encore de nos sabres ! » Quant aux plus valeureux d’entre eux, ceux-ci savaient que le Prophète (sur lui la paix et le salut) agissait avec sagesse. Lorsque le Prophète (sur lui la paix et le salut) eut vent de ces paroles, il les invita à se réunir sous une tente et leur dit : « Quelles sont donc ces paroles qui me sont parvenues de vous ? » Il les blâma tout en reconnaissant les efforts qu’ils avaient fournis pour secourir l’islam et son Prophète. Cela les réconforta et leur fit réaliser l’ampleur du bienfait dont Allah les avait comblés. Allah avait fait d’eux les Compagnons de Son Messager, celui qui retourne avec eux jusqu’à leurs demeures, Il leur a préparé des dons considérables dans l’au-delà pour les récompenser de leurs œuvres et leurs efforts. En outre, le Prophète (sur lui la paix et le salut) leur recommanda de patienter vis-à-vis des difficultés et épreuves auxquelles ils allaient devoir faire face après sa mort.

La traduction: L'anglais L'espagnol. Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le bengali Le chinois Le persan Tagalog Indien
Présentation des traductions