عن أنس -رضي الله عنه- أن أم الرُّبيع بنت البراء وهي أم حارثة بن سُراقة، أتَت النبي -صلى الله عليه وسلم- فقالت: يا رسول الله، ألا تُحَدِّثُنِي عن حارثة -وكان قُتِل يوم بَدْرٍ- فإن كان في الجنَّة صَبَرْت، وإن كان غير ذلك اجْتَهَدْتُ عليه في البُكَاء، فقال: «يا أم حارثة، إنها جِنَان في الجنة، وإن ابْنَك أصَاب الفِردَوْس الأعلى».
[صحيح.] - [رواه البخاري.]
المزيــد ...

Anas ibn Mâlik (qu’Allah l’agrée) relate que Umm Ar-Rubayyi’ bint Al-Barâ`, qui était la mère de Ḥârithah ibn Surâqah (qu’Allah l’agrée), vint au Prophète (sur lui la paix et le salut) et lui dit : « Ô Messager d’Allah ! Parle-moi donc de Ḥârithah - qui avait été tué le jour de Badr - : s’il est au Paradis, je patienterai ; et s’il en est autrement, je le pleurerai alors de toutes mes forces. » Il lui répondit : « Ô mère de Ḥârithah ! Il y a plusieurs degrés au Paradis et ton fils a atteint : « Al-Firdaws », le plus haut. »
[Authentique] - [Rapporté par Al-Bûkhârî]

L'explication

Signification du hadith : Hârithah ibn Surâqah (qu’Allah l’agrée), a été tué en martyr à Badr par une flèche perdue dont on ne connaissait pas la source. Sa mère vint alors au Prophète (sur lui la paix et le salut) afin de l’interroger sur le devenir de son fils. En effet, elle craignait qu’il ne soit pas parmi les martyrs, parce qu’il était mort d’un tir involontaire alors qu’il ne participait pas à la bataille. Ceci est stipulé dans le hadith suivant : « Il avait été tué à Badr, touché par une flèche perdue », c’est-à-dire : dont le tireur est inconnu ou dont on ne sait pas de quelle direction elle provient. Dans une version d’Aḥmad et d’An-Nasâ’î, Anas ibn Mâlik (qu’Allah l’agrée) a dit : « Hârithah était sorti pour guetter [c’est-à-dire qu'il était de ceux montés sur un endroit élevé afin d'observer l’ennemi et d'informer à son sujet] lorsqu’une flèche le toucha et le tua. » C’est pourquoi, elle a dit : « S’il est au Paradis, je patienterai », c’est-à-dire : j’accepterai sa perte et j’espérerai la récompense d’Allah, en me réjouissant du fait qu’il est mort dans la voie d’Allah et a gagné le martyr. « Sinon, je le pleurerai de toutes mes forces », car je l’ai perdu et il a bêtement perdu la vie. Mais, le Prophète (sur lui la paix et le salut) lui répondit : « Ô mère de Hârithah ! Il y a plusieurs degrés dans le Paradis », c’est-à-dire : il y a de nombreux Paradis, comme dans la version d’Al-Bukhârî : « Serait-ce un seul Paradis ? C’est plutôt de nombreux Paradis ! Et il est dans : « Al-Firdaws », le plus haut degré du Paradis ! » Ceci désigne un endroit particulier au Paradis qui est le meilleur endroit et le plus élevé. Voilà pourquoi, le Prophète (sur lui la paix et le salut) a dit : « Lorsque vous invoquez Allah, demandez-Lui : « Al-Firdaws », car c’est le milieu du Paradis et le plus haut degré du Paradis. C’est comme si je le voyais, au-dessus se trouve le Trône du Miséricordieux, et c’est de là que jaillissent les rivières du Paradis ! »

La traduction: L'anglais L'espagnol. Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le bengali Le chinois Le persan Tagalog Indien Ouïghour
Présentation des traductions