عن أسامة بن زيد -رضي الله عنهما-، قال: بَعَثَنَا رسولُ اللهِ -صلى الله عليه وسلم- إلى الحُرَقَةِ من جُهَيْنَةَ فَصَبَّحْنَا القَوْمَ على مِيَاهِهِم، ولَحِقْتُ أنا ورجلٌ من الأنصارِ رجلًا منهم، فلما غَشِينَاهُ، قال: لا إله إلا الله، فَكَفَّ عنه الأَنْصَارِيُّ، وطَعَنْتُهُ بِرُمْحِي حَتَّى قَتَلْتُهُ، فَلَمَّا قَدِمْنَا المدينةَ، بَلَغَ ذَلِكَ النبيَّ -صلى الله عليه وسلم- فقال لي: «يا أسامةُ، أَقَتَلْتَهُ بَعْدَ مَا قَالَ: لا إلهَ إلَّا اللهُ؟!» قُلْتُ: يا رسولَ اللهِ، إنما كان مُتَعَوِّذًا، فقال: «أَقَتَلْتَهُ بعد ما قال: لا إلهَ إلَّا اللهُ؟!» فَمَا زَالَ يُكَرِّرُهَا عَلَيَّ حتى تَمَنَّيْتُ أَنِّي لم أَكُنْ أَسْلَمْتُ قَبْلَ ذَلِكَ اليَوْمِ. وفي رواية: فقال رسول الله -صلى الله عليه وسلم-: «أَقَالَ: لا إلهَ إلا اللهُ وَقَتَلْتَهُ؟!» قُلْتُ: يا رسولَ اللهِ، إنما قَالَهَا خَوْفًا من السِّلَاحِ، قال: «أَفَلَا شَقَقْتَ عَنْ قَلْبِهِ حَتَّى تَعْلَمَ أَقَالَهَا أَمْ لَا؟!» فَمَا زَالَ يُكَرِّرُهَا حَتَّى تَمَنَّيْتُ أَنِّي أَسْلَمْتُ يَوْمَئِذٍ. وعن جندب بن عبد الله -رضي الله عنه-: أن رسول الله -صلى الله عليه وسلم- بَعَثَ بَعْثًا مِن المسلمينَ إلى قومٍ من المشركينَ، وأنهم الْتَقَوا، فَكَانَ رجلٌ مِن المشركينَ إذا شَاءَ أَنْ يَقْصِدَ إلى رجلٍ مِن المسلمينَ قَصَدَ له فَقَتَلَهُ، وأَنَّ رجلًا مِن المسلمينَ قَصَدَ غَفْلَتَهُ. وكُنَّا نَتَحَدَّثُ أَنَّهُ أسامةُ بْنُ زيدٍ، فَلَمَّا رَفَعَ عَلَيْهِ السَّيْفَ، قال: لا إلهَ إلا اللهُ، فَقَتَلَهُ، فجاءَ البَشِيرُ إلى رسولِ اللهِ -صلى الله عليه وسلم- فَسَأَلَهُ وأَخْبَرَهُ، حتى أَخْبَرَهُ خَبَرَ الرجلِ كَيْفَ صَنَعَ، فَدَعَاهُ فَسَأَلَهُ، فقال: «لِمَ قَتَلْتَهُ؟» فقال: يا رسولَ اللهِ، أَوْجَعَ في المسلمينَ، وقَتَلَ فُلانًا وفُلانًا، وسَمَّى له نَفَرًا، وإِنِّي حَمَلْتُ عليهِ، فَلَمَّا رَأَى السَّيْفَ، قال: لا إلهَ إلا اللهُ. قال رسولُ اللهِ -صلى الله عليه وسلم-: «أَقَتَلْتَهُ؟» قال: نعم. قال: «فَكَيْفَ تَصْنَعُ بلا إلهَ إلا اللهُ، إذا جَاءَتْ يَومَ القِيَامَةِ؟» قال: يا رسولَ اللهِ، اسْتَغْفِرْ لِي. قال: «وكَيْفَ تَصْنَعُ بلا إلهَ إلا اللهُ إذا جَاءَتْ يَوْمَ القِيَامَةِ؟» فجعل لا يَزِيدُ على أَنْ يقولَ: «كَيْفَ تَصْنَعُ بلا إلهَ إلا اللهُ إذا جَاءَتْ يَوْمَ القيامةِ».
[صحيح.] - [حديث أسامة بن زيد رضي الله عنه: رواه البخاري (5/ 144 رقم4269) (9/ 4 رقم6872)، ومسلم (1/ 97 رقم96). والرواية الثانية: رواها مسلم (1/ 97 رقم96). حديث جندب رضي الله عنه: رواه مسلم (1/ 97 رقم97).]
المزيــد ...

Usâmah ibn Zayd (qu'Allah l'agrée, lui et son père) a dit : « Le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) nous envoya vers la tribu des Huraqah de Juhayna. Tôt le matin, nous assaillîmes l'ennemi alors qu'il abreuvait ses animaux. Un homme des Ansârs et moi-même pourchassâmes l’un d'entre eux. Quand nous l'acculâmes, il déclara : « Aucune divinité n’est digne d’être adorée en dehors d’Allah ! » Le médinois l'épargna, mais je le transperçai de ma lance et le tuai. A notre retour, le Prophète (sur lui la paix et le salut) en fut informé et me demanda : « Ô Usâmah ! L'as-tu tué après qu'il ait déclaré qu'aucune divinité n’est digne d’être adorée en dehors d’Allah ? » - Ô Messager d’Allah ! Répliquai-je. Il l'a seulement fait pour se protéger. » Le Prophète (sur lui la paix et le salut) reprit : « L'as-tu tué après qu'il ait déclaré qu'aucune divinité n’est digne d’être adorée en dehors d’Allah ? » Il ne cessa ensuite de me le répéter au point où je souhaitais ne pas avoir embrassé l'islam avant ce jour. » Dans une autre version : « Le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) a dit : « A-t-il dit : « Aucune divinité n’est digne d’être adorée en dehors d’Allah ? » - Ô Messager d'Allah ! Répondis-je. Il a affirmé cela par crainte de l’arme ! » Le Prophète (sur lui la paix et le salut) répliqua : « As-tu ouvert son cœur pour savoir s'il l'a dit sincèrement ou non ? » Il ne cessa alors de me le répéter au point où je souhaitais n'avoir embrassé l'islam qu'en ce jour. » Jundub ibn 'Abdillah (qu'Allah l'agrée) relate que le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) envoya un détachement de musulmans contre un groupe de polythéistes. Ils s'affrontèrent. Il y avait un homme parmi les polythéistes, qui s'il le désirait, visait un musulman et le tuait. Or, un musulman guettait un moment d'inattention de sa part pour l'éliminer- nous disions qu'il s'agissait d'Usâmah ibn Zayd (qu'Allah l'agrée, lui et son père). Quand il brandit son sabre, l'autre s’écria : « Aucune divinité n’est digne d’être adorée en dehors d’Allah ! » mais il le tua. Al-bashîr vint au Prophète (sur lui la paix et le salut) qui le questionna et il lui donna des nouvelles. Il l'informa aussi de ce qu'avait fait l'homme. Le Prophète (sur lui la paix et le salut) le convoqua et lui demanda : « Pourquoi l'as-tu tué ? » Il dit : « Ô Messager d'Allah ! Il avait infligé de lourdes pertes aux musulmans et tua untel et untel - il se mit à lui nommer tout un groupe. Je l'attaquai et à la vue du sabre, il dit : « Aucune divinité n’est digne d’être adorée en dehors d’Allah ! » Le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) demanda : « L'as-tu tué ? » - « Oui », répondit-il. Il rétorqua : « Que feras-tu de : « Aucune divinité n’est digne d’être adorée en dehors d’Allah ! » le Jour de la Résurrection ? « Usâmah (qu'Allah l'agrée, lui et son père) dit : « Ô Messager d’Allah ! Demande pardon pour moi ! » Celui-ci répéta : « Que feras-tu de : « Aucune divinité n’est digne d’être adorée en dehors d’Allah ! » le Jour de la Résurrection ? Il n'ajoutait rien et disait : « Que feras-tu de : « Aucune divinité n’est digne d’être adorée en dehors d’Allah ! » le Jour de la Résurrection ?

L'explication

Le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) envoya Usâmah ibn Zayd (qu'Allah l'agrée, lui et son père) avec un détachement de musulmans vers la tribu des Huraqah de Juhaynah. Lorsqu'ils arrivèrent, ils affrontèrent l'ennemi et le mirent en déroute. Un homme des Ansârs et Usâmah (qu'Allah les agrée) pourchassèrent un homme parmi les polythéistes afin de le tuer. Quand ils le rattrapèrent, il déclara : « Aucune divinité n’est digne d’être adorée en dehors d’Allah ! » Le médinois l'épargna, mais Usâmah (qu'Allah l'agrée) le transperça de sa lance et le tua. A leur retour à Médine, le Prophète (sur lui la paix et le salut) en fut informé et demanda à Usâmah bin Zayd (qu'Allah l'agrée, lui et son père) : « Ô Usâmah ! L'as-tu tué après qu'il ait déclaré qu'aucune divinité n’est digne d’être adorée en dehors d’Allah ? » - Ô Messager d'Allah ! répliqua-t-il, il l'a seulement dit afin d'éviter la mort et d'être épargné grâce à cette parole.» Le Prophète (sur lui la paix et le salut) reprit : « L'as-tu tué après qu'il ait déclaré qu'aucune divinité n’est digne d’être adorée en dehors d’Allah ? » - Ô Messager d'Allah ! Répondit-il, il l'a affirmé par crainte que je ne le tue, alors qu'il avait infligé de lourdes pertes aux musulmans, dont untel et untel. » Le Prophète (sur lui la paix et le salut) répliqua : « As-tu ouvert son cœur pour savoir et être sûr qu'il l'a dit sincèrement ou non ? Que feras-tu de : « Aucune divinité n’est digne d’être adorée en dehors d’Allah ? » le Jour de la Résurrection ? Qui intercèdera pour toi et te défendra lorsqu'on viendra avec le témoignage de l'unicité (Lâ ilâha illa-Llâh) et qu'on te dira : Comment as-tu pu tuer celui qui l'a prononcé ? » Usâmah (qu'Allah l'agrée) a dit : « Le Prophète (sur lui la paix et le salut) ne cessa ensuite de me le répéter au point que je souhaitai ne pas avoir embrassé l'islam avant ce jour ». En effet, s'il avait été mécréant au moment de cet incident puis qu’il embrassa l'islam par la suite, Allah lui aurait pardonné tous ses péchés. Or, au moment de commettre cet acte, il était musulman.

La traduction: L'anglais L'espagnol Le turque L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le Bengali Le chinois
Présentation des traductions