عن ابن عمر -رضي الله عنهما-، قال: كنا نتحدث عن حَجَّةِ الوداع، والنبي -صلى الله عليه وسلم- بين أظهرنا، ولا ندري ما حَجَّةُ الوداع حتى حمد اللهَ رسولُ الله -صلى الله عليه وسلم- وأثنى عليه، ثم ذكر المَسِيحَ الدَّجَالَ، فأَطْنَبَ في ذكره، وقال: «ما بعث الله من نبي إلا أَنْذَرَهُ أُمَّتَهُ، أنذره نوح والنبيون من بعده، وإنه إن يخرج فيكم فما خَفِيَ عليكم من شأنه فليس يخفى عليكم، إن ربكم ليس بأَعْوَرَ، وإنه أَعْوَرُ عَيْنِ اليُمْنَى، كأنَّ عينه عِنَبَةٌ طَافِيَةٌ. ألا إن الله حرم عليكم دماءكم وأموالكم كحُرْمَةِ يومكم هذا، في بلدكم هذا، في شهركم هذا، ألا هل بلغت؟» قالوا: نعم، قال: «اللهم اشهد» ثلاثا «ويلكم - أو ويحكم -، انظروا: لا ترجعوا بعدي كُفَّارًا يضرب بعضكم رِقَابَ بعض».
[صحيح.] - [متفق عليه.]
المزيــد ...

Abdullah ibn 'Umar (qu'Allah l'agrée, lui et son père) a dit : « Nous parlions du Pèlerinage d’Adieu, alors que le Prophète (sur lui la paix et le salut) était parmi nous, sans vraiment savoir ce qu’était le Pèlerinage d’Adieu. [Ceci dura] jusqu'à ce que le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) loua Allah, fit Ses éloges, puis il évoqua longuement l’Antéchrist. Il dit : " Allah n’a pas envoyé de Prophète sans que ce dernier n’avertisse sa communauté contre lui. Noé a averti contre lui, ainsi que les Prophètes qui sont venus après. Et s’il sort parmi vous, rien de son affaire ne vous sera omis et tout vous sera dévoilé. Certes, votre Seigneur n’est pas borgne tandis que l’Antéchrist est borgne, de l’œil droit. C’est comme si son œil ressemblait à un raisin flétri. Retenez-bien qu'Allah vous a interdit d'attenter à la vie de votre prochain, de spolier son bien et de porter atteinte à sa dignité. Ils sont pour vous aussi sacrés que votre jour-ci, dans votre pays-ci et en votre mois-ci. Vous ai-je transmis ? - Les Compagnons répondirent : Oui ! Alors, il répéta à trois reprises : Ô Allah, sois Témoin ! Puis, il a dit : Malheur à vous ! - ou : Soyez malheureux - ! Faites très attention ! Ne redevenez pas, après moi, des mécréants qui s'entretuent les uns les autres ! " »
[Authentique] - [Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim]

L'explication

Abdullah ibn 'Umar (qu'Allah l'agrée, lui et son père) a dit : « Nous parlions du Pèlerinage d’Adieu, alors que le Prophète (sur lui la paix et le salut) était parmi nous, sans vraiment savoir ce qu’était le Pèlerinage d’Adieu. » En effet, le Pèlerinage d’Adieu n'est autre que le Pèlerinage que le Prophète (sur lui la paix et le salut) effectua l'année dix de l'Hégire, au cours duquel il fit ses adieux aux gens et dans lequel il évoqua l’Antéchrist en insistant sur son rôle et en mettant grandement en garde contre lui. Ensuite, il (sur lui la paix et le salut) informa du fait que tous les Prophètes avaient averti leurs peuples de l'Antéchrist, en leur faisant peur et en leur évoquant la gravité de sa venue. De plus, [il ajouta ce] qu'ils ne pouvaient ignorer : « votre Seigneur n’est pas borgne tandis que l’Antéchrist est borgne de l’œil droit, comme s’il ressemblait à un raisin flétri. » Puis, il (sur lui la paix et le salut) a dit : « Certes, Allah vous a interdit de verser le sang de vos prochains et de vous accaparez les biens d'autrui sans aucun droit car ils sont pour vous aussi sacrés que le jour du sacrifice, de l'endroit sacré de la Mecque et du mois sacré de Dhûl Ḥijjah. » Ensuite, le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) demanda : « Vous ai-je transmis ? » ce qu'on m'a obligé de vous transmettre. Les Compagnons répondirent : « Oui ! » Il répéta alors à trois reprises : « Ô Allah ! Sois témoin ! » de leur témoignage qui atteste que je leur ai transmis ! Enfin, il leur ordonna de ne pas redevenir, après lui, comme les mécréants qui s'entretuent les uns les autres.

La traduction: L'anglais L'espagnol. Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le chinois Le persan Indien
Présentation des traductions