عن أبي هريرة -رضي الله عنه- عن رسول الله -صلى الله عليه وسلم- قال: «إنَّ لِلَّه تعالى ملائكة يَطُوفُون في الطُّرُق يلْتَمِسُون أهل الذِّكْر، فإذا وَجَدُوا قوماً يذكرون الله عز وجل تَنَادَوا: هَلُمُّوا إلى حاجَتِكُم، فَيَحُفُّونَهُم بِأَجْنِحَتِهِم إلى السَّماء الدُّنيا، فيَسألُهُم رَبُّهُم -وهو أعلم-: ما يقول عِبَادي؟ قال: يقولون: يُسَبِّحُونَك، ويُكَبِّرُونك، وَيَحْمَدُونَك، ويُمَجِّدُونَكَ، فيقول: هل رَأَوني؟ فيقولون: لا والله ما رَأَوك. فيقول: كيف لو رَأَوني؟! قال: يقولون: لو رأَوك كَانُوا أشَدَّ لك عبادة، وأشَدَّ لك تمْجِيداً، وأكْثر لك تسبيحاً. فيقول: فماذا يسألون؟ قال: يقولون: يَسْألُونك الجنَّة. قال: يقول: وهل رَأَوهَا؟ قال: يقولون: لا والله يا رب ما رأَوْهَا. قال: يقول: فَكَيف لو رَأَوْهَا؟ قال: يقولون: لو أنَّهُم رَأَوهَا كَانُوا أَشَدَّ عَلَيها حِرصاً، وأشَدَّ لهَا طلباً، وأَعْظَم فِيهَا رغبةً. قال: فَمِمَّ يَتَعَوَذُون؟ قال: يقولون: يَتَعَوذُون من النَّار؛ قال: فيقول: وهل رأوها؟ قال: يقولون: لا والله ما رأوها. فيقول: كيف لو رأوها؟! قال: يقولون: لو رأوها كانوا أشدَّ مِنها فِراراً، وأشدَّ لها مَخَافَة. قال: فيقول: فَأُشْهِدُكُمْ أَنِّي قَدْ غَفَرْتُ لَهُمْ، قال: يقول ملَك مِن الملائكة: فيهم فلان ليس منهم، إنما جاء لحاجة، قال: هُمُ الجُلَسَاء لا يَشْقَى بهم جَلِيسُهُم». وفي رواية: عن أبي هريرة -رضي الله عنه- عن النبي -صلى الله عليه وسلم- قال: «إن لله ملائكة سَيَّارة فُضُلاً يَتَتَبَّعُون مجالِسَ الذكر، فإذا وجدوا مَجْلِساً فيه ذِكْرٌ، قَعَدُوا معهم، وحَفَّ بعضُهم بعضاً بأجنحتهم حتى يمْلَؤُوا ما بينهم وبين السماء الدنيا، فإذا تَفرقوا عرجوا وصعدوا إلى السماء، فيسألهم الله -عز وجل- وهو أعلم -: من أين جئتم؟ فيقولون: جئنا من عند عباد لك في الأرض: يسبحونك، ويكبرونك، ويهللونك، ويحمدونك، ويسألونك. قال: وماذا يسألوني؟ قالوا: يسألونك جنتك. قال: وهل رأوا جنتي؟ قالوا: لا، أي رب. قال: فكيف لو رأوا جنتي؟! قالوا: ويستجِيرُونَك. قال: ومم يَسْتجيروني؟ قالوا: من نارك يا ربّ. قال: وهل رأوا ناري؟ قالوا: لا، قال: فكيف لو رأوا ناري؟! قالوا: ويستغفرونك؟ فيقول: قد غفرت لهم، وأعطيتهم ما سألوا، وأجرتهم مما استجاروا. قال: فيقولون: رب فيهم فلان عبد خَطَّاء إنما مرَّ، فجلس معهم. فيقول: وله غفرت، هم القوم لا يشقى بهم جليسُهُم».
[صحيح] - [متفق عليه.]
المزيــد ...

Abû Hurayrah (qu’Allah l’agrée) relate que le Messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) a dit : « Certes, Allah dépêche des Anges qui vont par les chemins en quête des gens qui évoquent Allah, à Lui la Puissance et la Grandeur. Lorsqu’ils en trouvent, ils s’interpellent réciproquement : « Venez ! Ce que vous cherchez est là ! » C’est alors qu’ils les couvrent de leurs ailes jusqu’au ciel le plus bas et leur Seigneur leur demande alors, bien qu’Il soit connaisseur : « Que disent Mes serviteurs ? » Ils répondent : « Seigneur ! Ils Te glorifient, Te vénèrent, Te louent et font Tes éloges. » Il demande : « M’ont-ils vu ? » Ils répondent : « Non ! Par Allah ! Ils ne T’ont jamais vu. » Il demande : « Qu’auraient-ils fait s’ils M’avaient vu ? » Ils répondent : « S’ils T’avaient vu, ils auraient été plus fervents dans Ton adoration, plus assidus dans Tes louanges et plus ardents dans Ta glorification. » Il demande : « Que demandent-ils ? » Ils répondent : « Ils Te demandent le Paradis ? » Il demande : « L’ont-ils déjà vu ? » Ils répondent : « Non, par Allah ! Ils ne l’ont jamais vu. » Il demande : « Qu’en serait-il s’ils l’avaient vu ? » Ils répondent : « S’ils l’avaient vu, ils y tiendraient encore plus, le demanderaient avec plus de force et le désireraient avec plus d’ardeur. » Il demande : « Contre quoi demandent-ils Ma protection ? » Ils répondent : « Contre l’Enfer. » Il demande : « L’ont-ils déjà vu ? » Ils répondent : « Non, par Allah ! Ils ne l’ont jamais vu. » Il demande : « Qu’en serait-il donc s’ils l’avaient vu ? » Ils répondent : « S’ils l’avaient vu ils le fuiraient encore plus et le craindraient davantage ». Alors, Il dit : « Je vous prends à témoins que Je les ai pardonnés ! » L’un des Anges dit : « Il y a parmi eux untel qui ne fait pas partie de leur cercle. Il y est seulement venu pour une affaire le concernant. » Il dit : « Ils représentent les gens d’une assise et quiconque leur tient compagnie ne saurait être malheureux. » Et dans une autre version, Abû Hurayrah (qu’Allah l’agrée) relate que le Messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) a dit : « Certes, Allah a des Anges itinérants de très grand mérite. Ils vivent à la recherche des cercles d’évocation d’Allah. Dès qu’ils trouvent une réunion où l’on évoque Allah, ils s’assoient avec eux. Ils se couvrent les uns les autres de leurs ailes jusqu’à remplir l’espace entre eux et le ciel inférieur. Une fois que le cercle se disperse, ces Anges remontent au ciel. Allah, à Lui la Puissance et la Grandeur, leur demande (et Il sait mieux qu’eux) : « D’où venez-vous ? » Ils répondent : « De la terre où se trouvent quelques-uns de Tes honorables serviteurs qui proclament Ta gloire, Ta grandeur, Ton unicité et Ta louange et qui T’adressent leurs demandes ? » Il demande : « Et que Me demandent-ils ? » Ils répondent : « Ils Te demandent Ton Paradis ? » Il demande : « Ont-ils déjà vu Mon Paradis ? ». Ils répondent : « Non, ô notre Seigneur ! » Il demande : « Qu’en serait-il donc s’ils avaient vu Mon Paradis ? » Ils répondent : « Et ils se mettent sous Ta protection. » Il demande : « Contre quoi ? » Ils répondent : « Contre Ton Enfer, ô notre Seigneur ! » Il demande : « Ont-ils déjà vu Mon Enfer ? » Ils répondent : « Non ! » Il demande : « Que feraient-ils s’ils avaient vu Mon Enfer ? » Ils répondent : « Et ils Te demandent de les pardonner. » Alors, Il dit : « Je les ai effectivement pardonnés, Je leur ai donné ce qu’ils demandent et Je les ai protégés contre ce qu’ils craignent. » Ils disent : « Seigneur ! Il y a parmi eux Untel, un grand fauteur. Il était simplement de passage et s’est assis parmi eux. » Il dit : « Je l’ai également absous, car ce sont les membres d’une assise et quiconque s’assoit avec eux ne saurait être malheureux. »
[Authentique] - [Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim]

L'explication

Ce Ḥadith relate l’un des aspects de l’importance des assises religieuses, du fait que le Prophète (sur lui la paix et le salut) dit : « Allah a des Anges parcourant les chemins à la recherche des Gens du Rappel. » Autrement dit, Allah a mandaté un groupe spécifique d’Anges, autres que les Scribes, afin de parcourir la terre et d’arpenter les chemins, les mosquées et les quartiers des musulmans à la recherche des assises religieuses. Ils visitent, assistent et écoutent les participants. Al-Ḥâfiẓ a dit : « Et le plus vraisemblable, est qu’il s’agit spécifiquement des assises de l’évocation (et du rappel) d’Allah ainsi que ce qui y ressemble. » « Et lorsqu’ils trouvent des gens évoquant Allah, à Lui la Puissance et la Grandeur. » Et dans une version de Muslim : « Et lorsqu’ils trouvent une assise où l’on évoque Allah, alors ils s’interpellent réciproquement : Venez ! Ce que vous cherchez est là. » Et dans une autre version : « votre objectif. » C’est-à-dire : vers ce que vous recherchez comme assises religieuses et ses participants, afin que vous les visitiez et écoutiez leur rappel. Il (sur lui la paix et le salut) a décrit l’aspect des Anges durant ces cercles d’évocations : « Ceux qui couvrent », c’est-à-dire : ceux qui encerclent, tel le bracelet encerclant le poignet. » Ou : « Ceux qui les couvrent de leurs ailes », c’est-à-dire : ils tournent autour d’eux avec leurs ailes. » « …jusqu’au ciel », c’est-à-dire : jusqu’à atteindre le ciel. Puis, le Prophète (sur lui la paix et le salut) évoqua la discussion qu’il y eut entre le Seigneur de la puissance et de la noblesse et Ses nobles Anges : Allah, le Magnifique dans Sa hauteur, a dit : « Leur Seigneur leur demande et Il est plus au courant qu’eux », c’est-à-dire : Il connait mieux qu’eux leur condition, mais afin de les flatter dans les plus hautes sphères, et afin que les Anges fassent leurs éloges [Il demanda]: « Que disent Mes serviteurs ? » Les Anges répondirent : « Ils Te glorifient, ils proclament Ta grandeur, ils Te louent et ils T’exaltent. », c’est-à-dire : les Anges disent que ces évocateurs disent : gloire à Allah ; louange à Allah ; il n’y a de dieu [digne d’adoration] qu’Allah ; Allah est Le plus grand ; etc. La glorification d’Allah revient à dire qu’il n’y a de dieu [digne d’adoration] qu’Allah, car cela exprime la grandeur d’Allah, Exalté soit-Il, à travers l’unicité de l’adoration. Allah, Exalté soit-Il dans Sa hauteur, demande : « M’ont-ils vu ? » Ils répondent : « Non, par Allah, ils ne T’ont pas vu. » Il demanda : « Qu’en serait-il s’ils M’avaient vu ? » Les nobles Anges répondirent : « S’ils T’avaient vu, ils auraient été plus fervents dans Ton adoration, plus assidus dans Ta louange et plus ardents dans Ta glorification. » En effet, l’effort dans l’adoration est proportionnel à la connaissance. Puis, Allah, Béni et Exalté soit-Il, demanda : « Que Me demandent-ils ? », c’est-à-dire : Qu’attendent-ils de Moi ? Les Anges répondirent : « Ils disent : Nous Te demandons le Paradis. » C’est-à-dire : ils T’évoquent et T’adorent, dans l’espoir d’obtenir Ton Paradis. Il demanda : « L’ont-ils vu ? » Les Anges répondirent : « S’ils l’avaient vu, ils auraient été davantage assidus », c’est-à-dire : ils auraient redoublé d’efforts, car avoir connaissance d’une chose n’est pas similaire à sa vision. Allah, que Sa Grandeur soit Magnifiée, demanda : « Contre quoi cherchent-ils protection ? », c’est-à-dire : de quoi ont-ils peur et implorent-ils leur Seigneur de les protéger ? Les Anges répondirent : « De l’Enfer », c’est-à-dire : ils évoquent et adorent leur Seigneur par peur de l’Enfer et ils Lui demandent, le Puissant, le Noble, de les en protéger. Et Allah, que Sa Grandeur soit Magnifiée, demanda : « Qu’en serait-il s’ils l’avaient vu ? » Les Anges répondirent : « S’ils l’avaient vu, ils s’en seraient davantage éloignés », c’est-à-dire : ils auraient accompli plus de bonnes œuvres car elles sont le moyen d’éviter l’Enfer. Allah, que Sa Grandeur soit Magnifiée, a alors dit : « Je vous prends à témoin que Je leur ai pardonné », c’est-à-dire : Je leur ai effacé leurs péchés. Alors, l’un des Anges a dit : « Untel est parmi eux, mais n’est pas comme eux », c’est-à-dire : il y a parmi ces évocateurs, « Untel », qui ne fait pas partie d’eux, mais est venu car il a une préoccupation à régler et il s’est assis parmi eux, sera-t-il également pardonné ? » Allah, dans Sa noble grandeur, répondit alors par une parole dont la signification est : ces gens qui participent à cette assise et ce cercle ne connaitront ni malheur, ni ruine.

La traduction: L'anglais L'espagnol. Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le bengali Le chinois Le persan Tagalog Indien
Présentation des traductions