عن عبد الله بن عمرو -رضي الله عنهما- أن النبي -صلى الله عليه وسلم- قال: «دِيَة المُعَاهِدِ نصف دِيَة الحُرِّ».
[حسن.] - [رواه أبوداود والترمذي والنسائي وابن ماجه وأحمد.]
المزيــد ...

'Abdallah Ibn 'Amr ( qu'Allah les agrée ) relate que le Prophète ( paix et salut sur lui ) a dit : " Le prix du sang pour un mécréant qui a un pacte avec les musulmans ( Al Mu'âhad ) équivaut à la moitié du prix du sang pour un homme libre . "
[Bon] - [Rapporté par Ibn Mâjah - Rapporté par At-Tirmidhî - Rapporté par An-Nassâ'î - Rapporté par Abû Dâwud - Rapporté par Aḥmad]

L'explication

Le Prophète ( paix et salut sur lui ) informe que le prix du sang des gens du Livre ( les juifs ou les chrétiens ) correspond à la moitié de celui du musulman de condition libre , qu'ils vivent en terre d'Islam , qu'ils bénéficient d'un pacte , par lequel ils s'astreignent à verser un tribut ( Ad Dhimmî ) et à respecter les lois de l'Islam , ou d'un traité accordé par une conciliation ( Al Mu'âhad ) leur permettant de vivre dans leur pays , ou encore d'une protection ( Al Musta'man ) offerte à l'intérieur des pays musulmans pour un commerce ou un intérêt quelconque . Ces trois types de personnes disposent d'un accord avec les musulmans protégeant de manière obligatoire leur sang . De plus , le prix du sang pour leurs blessures est semblable à celui des musulmans car la blessure est un dérivé du meurtre ; en effet , le prix du sang d'un de leurs hommes équivaut à cinquante chameaux , et la femme à seulement vingt cinq chameaux car le prix du sang de la femme correspond à la moitié du prix du sang de l'homme de même religion . Cependant , le mécréant qui est un combattant ( Al Harbî ) n'est pas assuré en droit , ni pour l'application du talion ( sentence pénale ) , ni pour le versement d'une indemnisation ( le prix de son sang ) .

La traduction: L'anglais Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le persan Indien
Présentation des traductions