عن عبد الله بن عمر -رضي الله عنهما- قال: « تَمَتَّعَ رَسُولُ اللَّهِ -صلى الله عليه وسلم- فِي حَجَّةِ الوَدَاع بالعُمرَة إلى الحج وأهدَى، فَسَاقَ مَعَهُ الهَدْيَ مِن ذِي الحُلَيفَة، وَبَدَأَ رَسول اللَّهِ -صلى الله عليه وسلم- وَأَهَلَّ بالعمرة, ثُمَّ أَهَلَّ بالحج, فَتَمَتَّعَ النَّاس مع رسول اللَّهِ -صلى الله عليه وسلم- فَأَهَلَّ بالعمرة إلَى الحج, فَكَان مِن النَّاس مَنْ أَهْدَى, فَسَاقَ الهَدْيَ مِن ذي الحُلَيفَة، وَمِنهُم مَنْ لَمْ يُهْدِ، فَلَمَّا قَدِمَ رسول اللَّه -صلى الله عليه وسلم- قَالَ للنَّاس: مَنْ كَانَ مِنكُم أَهْدَى, فَإِنَّهُ لا يَحِلُّ مِن شَيء حَرُمَ مِنْهُ حَتَّى يَقْضِيَ حَجَّهُ، وَمَن لَم يَكُن أَهْدَى فَلْيَطُفْ بالبَيت وَبالصَّفَا وَالمَروَة, وَلْيُقَصِّر وَلْيَحْلِل, ثُمَّ لِيُهِلَّ بالحج وليُهدِ, فَمَن لم يجد هَدْياً فَلْيَصُم ثَلاثَةَ أَيَّام فِي الحج وَسَبعة إذَا رَجَعَ إلى أَهلِهِ فَطَافَ رسول اللَّهِ -صلى الله عليه وسلم- حِينَ قَدِمَ مَكَّةَ، وَاستَلَمَ الرُّكْنَ أَوَّلَ شَيْءٍ, ثُمَّ خَبَّ ثَلاثَةَ أَطْوَافٍ مِنْ السَّبْعِ, وَمَشَى أَربَعَة, وَرَكَعَ حِينَ قَضَى طَوَافَهُ بالبيت عِند المَقَام رَكعَتَين, ثُمَّ انصَرَفَ فَأَتَى الصَّفَا, وطاف بِالصَّفَا وَالمَروَة سَبعَةَ أَطوَاف, ثُمَّ لَم يَحلِل مِنْ شَيْءٍ حَرُمَ منه حَتَّى قَضَى حَجَّهُ, وَنَحَرَ هَدْيَهُ يوم النَّحرِ، وَأَفَاضَ فَطَافَ بالبيت, ثُمَّ حَلَّ مِن كُلِّ شَيء حَرُمَ مِنهُ, وَفَعَلَ مِثل مَا فَعَلَ رَسول اللَّه -صلى الله عليه وسلم-: مَن أَهدَى وَسَاقَ الهَديَ مِن النَّاسِ». «رَأَيْتُ رَسُولَ اللَّهِ -صلى الله عليه وسلم- حِينَ يَقْدَمُ مكَّة إذا اسْتَلَمَ الرُّكْنَ الأَسْوَدَ -أَول ما يَطُوفُ- يَخُبُّ ثَلاثَةَ أَشْوَاطٍ».
[صحيح.] - [متفق عليه بروايتيه.]
المزيــد ...

‘AbduLlâh Ibn ‘Umar (qu’Allah l’agrée) raconte : « Le messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) accompli la ‘Umrah suivie du pèlerinage en mode : « Tamattu’ ». Il sacrifia donc les bêtes qu’il avait amenées avec lui depuis Dhûl Hulayfah. Le messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) commença en prononçant la formule d’entrée dans les rites de la ‘Umrah puis prononça celle d’entrée dans les rites du pèlerinage. Les gens firent donc la même chose que le messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) ; ils prononcèrent la formule d’entrée dans les rites de la ‘Umrah puis du pèlerinage. Certains amenèrent des sacrifices depuis Dhûl Hulayfah, d’autres n’en avaient pas. En arrivant, le messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) dit aux gens : « Celui parmi vous qui a amené ses sacrifices [avec lui], alors rien de ce qu’il s’est interdit ne lui sera permis jusqu’à ce qu’il ait accompli le pèlerinage. Quant à celui qui n’a pas amené de sacrifice, alors qu’il tourne autour de la demeure [sacrée] et entre Safâ et Marwah, puis qu’il se raccourcisse les cheveux et se désacralise, ensuite qu’il prononce l’entrée dans les rites du pèlerinage et fasse un sacrifice. Celui qui ne trouve pas de sacrifice [à immoler], devra jeûner trois jours pendant le pèlerinage et sept jours lorsqu’il sera revenu chez les siens. » Par la suite, le messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) accompli la circumambulation (« At-Tawâf ») en arrivant à la Mecque. Il commença par toucher le coin [yéménite], avant de marcher à pas rapides pendant trois tours puis normalement pendant les quatre autres. Après avoir tourné autour de la Maison, il accomplit deux unités de prière au niveau de la station [d’Abraham], avant d’aller à Safa. Là, il fit ensuite sept va-et-vient (« As-Sa’yî ») entre Safâ et Marwah. Ensuite, il ne s’autorisa rien de ce qu’il s’était interdit jusqu’à ce qu’il eut terminé d’accomplir le pèlerinage. Il sacrifia son offrande le jour du sacrifice, puis il déferla et tourna autour de la Maison. A la fin, il s’autorisa ce qu’il s’était interdit. Ceux qui avaient amené leurs sacrifices [avec eux] firent la même chose que le messager d’Allah (sur lui la paix et le salut). « Une fois arrivé à la Mecque, je vis le messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) qui commençait la circumambulation en touchant le « coin noir » et durant les trois premiers tours, il marchait à pas rapides. »

L'explication

Lorsque le Prophète (sur lui la paix et le salut) sortit en direction de Dhûl Hulayfah, la station [de sacralisation] des gens de Médine, pour accomplir son pèlerinage lors duquel il fit ses adieux aux gens et leur transmit son Message en les prenant à témoin, il entra en état de sacralisation pour la ‘Umrah et le pèlerinage. Il pratiqua ainsi le pèlerinage en mode : « Qirân », qui est un des modes de pèlerinage se rapprochant de celui en mode : « Tamattu' ». Les gens accomplirent donc ce même type de mode de pèlerinage avec le Messager d’Allah (sur lui la paix et le salut). Certains se mirent en état de sacralisation pour la ‘Umrah et le pèlerinage en même temps (« Qirân »), d’autres pour la ‘Umrah avec l’intention d’accomplir le pèlerinage après celle-ci (« Tamattu’ ») et d’autres encore pour le pèlerinage seulement (« Ifrâd »), car le Prophète (sur lui la paix et le salut) leur avait donné le choix entre ces trois façons de faire. En effet, le Prophète (sur lui la paix et le salut) et certains de ses Compagnons amenèrent leurs sacrifices avec eux depuis Dhûl Hulayfah tandis que d’autres n’amenèrent pas leur sacrifices avec eux. A l’approche de La Mecque, il encouragea ceux qui n’avaient pas d’offrande avec eux, c’est-à-dire : ceux qui pratiquaient le pèlerinage en mode : « Ifrâd » ou « Qirân » à annuler leur pèlerinage pour en faire une ‘Umrah. Lorsqu’ils accomplirent la circumambulation (« At-Tawâf ») et le va-et-vient (« As-Sa’yî ») [entre Safâ et Marwah], il insista donc pour qu’ils se coupent les cheveux et se désacralisent, pour qu’ils puissent ensuite se mettre en état de sacralisation pour le pèlerinage et immoler à la fin leurs sacrifices. En agissant ainsi, ils auront accompli deux rites en un seul voyage. Quant à celui qui n’avait pas de bête à sacrifier, il devait jeûner dix jours : trois jours pendant le pèlerinage [dont les moments de jeûne commencent tout en étant encore en état de sacralisation de la ‘Umrah] et sept jours une fois de retour chez lui. Ainsi, en arrivant à La Mecque, le Prophète (sur lui la paix et le salut) toucha le coin de la « Ka’bah », puis il marcha à pas rapides pendant [les] trois [premiers] tours (car il s’agissait de la circumambulation d’arrivée : « At-Tawâf Al Qudum »), puis à vitesse normale pendant [les] quatre [derniers] tours. Ensuite, il accomplit une prière de deux cycles au niveau de la Station d’Abraham (« Al Maqâm Ibrâhîm »). Une fois effectué, il se rendit à Safâ pour faire sept va-et vient entre [les deux monticules de] Safâ et Marwah, en courant entre les deux signes et en marchant le reste du temps. Il ne sortit de son état de sacralisation qu’après avoir terminé son pèlerinage et sacrifié sa bête. Lorsqu’il eut accompli son pèlerinage, lapidé la stèle d’Al ‘Aqabah, sacrifié sa bête et rasé sa tête le Jour du Sacrifice (ce qui constitue la première désacralisation), il déferla dans la matinée vers la Maison [Sacrée] pour tourner autour. Après cela, tout lui redevint permis, même les rapports [sexuels] avec ses femmes. Les gens qui avaient amené leurs sacrifices avec eux firent [exactement] la même chose que lui.

La traduction: L'anglais L'espagnol Le turque L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le bengali Le chinois Le persan
Présentation des traductions