عن أبي سعيد الخدري -رضي الله عنه-: أنَّ أُسَيْد بن حُضَيْر بينما هو ليلةً يَقْرأ في مَرْبَدِه، إذ جالَتْ فَرَسُه، فقرأ، ثم جالَتْ أخرى، فقرأ، ثم جالَتْ أيضا، قال أُسَيْد: فخشيتُ أن تَطَأَ يحيى، فقمتُ إليها، فإذا مِثلُ الظُّلَّة فوق رأسي فيها أَمْثال السُّرُج، عَرَجَتْ في الجَوِّ حتى ما أراها، قال: فغدوتُ على رسول الله -صلى الله عليه وسلم-، فقلت: يا رسول الله بينما أنا البارِحَةَ من جَوْف الليل أقرأ في مِرْبَدي، إذ جالَتْ فَرَسي، فقال رسول الله -صلى الله عليه وسلم-: «اقرأ ابنَ حُضَيْر» قال: فقرأتُ، ثم جالَتْ أيضًا، فقال رسول الله -صلى الله عليه وسلم-: «اقرأ ابنَ حُضَيْر» قال: فقرأتُ، ثم جالَتْ أيضًا، فقال رسول الله -صلى الله عليه وسلم-: «اقرأ ابنَ حُضَيْر» قال: فانصرفتُ، وكان يحيى قريبًا منها، خشيتُ أن تَطَأَه، فرأيتُ مثل الظُّلَّة فيها أمْثال السُّرُج، عَرَجَتْ في الجَوِّ حتى ما أراها، فقال رسول الله -صلى الله عليه وسلم-: «تلك الملائكةُ كانت تستمِعُ لك، ولو قرأتَ لأصبحَتْ يراها الناسُ ما تَسْتَتِرُ منهم».
[صحيح.] - [متفق عليه.]
المزيــد ...

Abû Sa'îd Al Khudrî (qu'Allah l'agrée) rapporte qu'une nuit , alors qu'Usayd Ibn Hudhayr récitait ( le Coran ) dans son clos de dattes , son cheval se mit à bondir . Il poursuivit la récitation et il bondit à nouveau . Il continua et la bête fit un troisième bond . Usayd narre : " Craignant qu'il piétine ( mon fils ) Yahyâ , je me rendis auprès de lui . C'est alors que je vis une espèce de nuage au-dessus de ma tête , dans lequel il y avait comme des lampes . Il s'éleva au ciel jusqu'à ce que je ne le vis plus . Le lendemain , j'allai raconter au Messager d'Allah ( paix et salut sur lui ) : " Ô Messager d'Allah ! Hier , au milieu de la nuit , je récitais dans mon clos quand mon cheval se mit à bondir - Le Messager d'Allah ( paix et salut sur lui ) dit alors : " Récite , Ibn Hudhayr ! " Je continuai la récitation et il bondit à nouveau - Le Messager d'Allah ( paix et salut sur lui ) dit : " Récite , Ibn Hudhayr ! " Je poursuivis la récitation et il bondit une nouvelle fois - Le Messager d'Allah ( paix et salut sur lui ) dit encore : " Récite , Ibn Hudhayr ! " Mais je m'arrêtai . Yahyâ se trouvait près du cheval et j'avais peur qu'il ne le piétine . J'aperçus alors une espèce de nuage dans lequel il y avait comme des lampes . Il s'éleva au ciel jusqu'à ce que je ne le vis plus . " Le Messager d'Allah ( paix et salut sur lui ) déclara : " Ce sont les Anges qui t'écoutaient . Si tu avais continué la récitation , au matin , les gens les auraient vus sans que ceux-ci ne se cachent d'eux . "
[Authentique] - [Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim]

L'explication

Une nuit parmi de nombreuses nuits , Usayd Ibn Hudhayr ( qu'Allah l'agrée ) récitait le Coran dans son clos de dattes avec son cheval attaché à côté de lui et son fils Yahyâ entrain de dormir tout près . Lorsqu'il lut , son cheval se mit soudainement à bouger et bondir . Et lorsqu'il interrompit sa récitation , le cheval s'apaisa . Puis , il poursuivit la récitation et il bougea et bondit à nouveau . Il continua ainsi à trois reprises . Usayd craignit alors que son cheval piétine son fils Yahyâ , alors il cessa la récitation et se dirigea auprès de son cheval pour savoir quelle était la cause de son excitation . C'est alors qu'il vit une espèce de nuage au-dessus de sa tête , dans lequel il y avait comme des lampes . Il s'éleva au ciel jusqu'à ce qu'il ne le vit plus . Le lendemain , Usayd alla raconter au Prophète ( paix et salut sur lui ) l'incident , et ce dernier lui dit tout en le réconfortant afin de faire disparaitre sa frayeur et en l'informant de son haut degré avec insistance pour le tranquilliser encore plus : " Récite , ô Ibn Hudhayr ! " et il lui demanda cela avec insistance par trois fois . C'est à dire : répète et continue ta récitation qui est la cause de cette situation étonnante . En effet , il lui faisait part de ne pas cesser sa récitation si cela se reproduisait à l'avenir , mais qu'au contraire il devait la continuer étant donnée l'importance de son mérite . Ensuite , le Messager d'Allah ( paix et salut sur lui ) l'informa que c'était les Anges qui écoutaient sa récitation du Coran et que s'il avait continué de réciter jusqu'au matin , alors les gens auraient pu voir les Anges au grand jour , sans que ceux-ci ne se cachent d'eux .

La traduction: L'anglais Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le chinois Le persan Indien
Présentation des traductions