عن جرير بن عبد الله قال: بعث رسول الله -صلى الله عليه وسلم- سَرِيَّةً إلى خَثْعَمٍ فاعٍتَصَمَ نَاسٌ منهم بالسجود، فَأَسْرَعَ فيهم القَتْلُ قال: فَبَلَغَ ذلك النبيَّ -صلى الله عليه وسلم- فَأَمَرَ لهم بنصف العَقْلِ وقال: «أنا بريء من كل مسلم يُقيم بين أَظْهُرِ المشركين». قالوا: يا رسول الله لم؟ قال: «لا تَرَاءَى نَارَاهُما».
[صحيح.] - [رواه أبو داود والترمذي والنسائي.]
المزيــد ...

D'après Jarîr ibn 'AbdiLlah [qu'Allah les agrée tous les deux] qui a dit : Le Messager d'Allah - paix et salut sur lui - envoya une expédition à Khath'am mais les gens se protégèrent d'eux en se prosternant (pour signifier qu'ils étaient musulmans]. Mais on s'empressa de les combattre (et les tuer). Cela parvint au Prophète - paix et salut sur lui -, alors il ordonna de les indemniser de la moitié du prix du sang [par personne tuée]. Puis, il a dit : " Je suis innocent (ou Je me désavoue) de tout musulman qui réside parmi les polythéistes. " Ils ont dit : Ô Messager d'Allah ! De quelle manière ? Il répondit : " [De sorte] Que tous les deux ne voient pas leurs feux respectifs. "
[Authentique] - [Rapporté par At-Tirmidhî - Rapporté par An-Nassâ'î - Rapporté par Abû Dâwud]

L'explication

Le Prophète - paix et salut sur lui - envoya un détachement de l'armée à l'encontre d'un groupe appartenant à la tribu de Khath'am car ils étaient mécréants. Certains d'entre eux se prosternèrent afin de prouver qu'ils étaient musulmans. Toutefois, les musulmans s'empressèrent de les combattre (et de les tuer) car ils pensaient qu'ils étaient des polythéistes du fait qu'ils étaient restés parmi les polythéistes. Donc, lorsqu'ils eurent la certitude qu'ils étaient musulmans, ils en informèrent le Prophète - paix et salut sur lui - qui décida que leur prix du sang serait de la moitié de celui des musulmans [qui avaient émigré]. Il ne l'a pas établi complètement car ils avaient été la cause du résultat de ce combat. En effet, la législation a interdit de résider dans les pays des mécréants de sorte que le musulman ne rencontre pas le mécréant ni que tous les deux ne voient leur feux respectifs. La signification est qu'ils ne doivent pas être proches l'un de l'autre de sorte que l'un d'entre eux ne doit pas voir le feu de l'autre. Et ceci fait partie du désaveu de la mécréance et de ses partisans.

La traduction: L'anglais Le bosniaque Le russe Le persan Indien
Présentation des traductions