عن أبي هريرة -رضي الله عنه- قال: سمعت أبا القاسم -صلى الله عليه وسلم- يقول: «من قَذَفَ مَمْلُوكَهُ، وهو بَرِيءٌ مما قال جُلِد يوم القيامة إلا أن يكون كما قال».
[صحيح.] - [متفق عليه.]
المزيــد ...

Abû Hurayrah ( qu'Allah l'agrée ) relate qu'il a entendu Abû Al Qâsim ( paix et salut sur lui ) dire : " Quiconque accuse à tort son esclave de fornication sera flagellé le jour de la résurrection , sauf s'il en est tel qu'il l'a dit . "
[Authentique] - [Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim]

L'explication

Si un maître accuse son esclave de fornication , la peine ne lui est pas appliquée en cette vie , car les peines légales sont des expiations pour qui les subit , et puisqu'il en trouvera le châtiment dans l'au-delà et en subira la peine , cela indique qu'elle n'est pas appliquée en cette vie ; les savants sont unanimes sur ce point . En effet , le maître n'accuse généralement pas son esclave que s'il en a la certitude ou un fort doute car dans le cadre de son accusation , la valeur de son esclave va certes diminuer , et cela est préjudiciable pour lui . Dans ce hadith , il y a la mention d'une spécification de la Parole d'Allah le Très Haut : " Et ceux qui lancent des accusations contre des femmes chastes sans produire par la suite quatre témoins , fouettez-les de quatre-vingts coups de fouet " ( Sourate An Nûr , La lumière verset 4 ) .

La traduction: L'anglais Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le persan Indien
Présentation des traductions