عن أُسَير بن عمرو، ويقال: ابن جابر قال: كَانَ عُمر بن الخطاب -رضي الله عنه- إِذَا أَتَى عَلَيه أَمْدَادُ أَهْلِ اليَمَن سَأَلَهُم: أَفِيكُم أُوَيس بنُ عَامِر؟ حَتَّى أَتَى عَلَى أُوَيس -رضي الله عنه- فقال له: أَنْت أُوَيس بنُ عَامِر؟ قال: نَعَم، قال: مِنْ مُرَادٍ ثُمَّ مِنْ قَرْنٍ؟ قَالَ: نَعَم، قَال: فَكَانَ بِكَ بَرَصٌ، فَبَرَأَتَ مِنُه إِلاَّ مَوْضِعّ دِرهَم؟ قال: نعم، قَالَ: لَكَ وَالِدة؟ قال: نعم، قال: سَمِعت رسول الله -صلى الله عليه وسلم- يقول: «يَأتِي عَلَيكُم أُوَيس بنُ عَامِر مَعَ أَمْدَادِ أَهْلِ اليَمَن مِنْ مُرَاد، ثُمَّ مِنْ قَرْن كَانَ بِهِ بَرَصٌ، فَبَرَأَ مِنْهُ إِلاَّ مَوضِعَ دِرْهَم، لَهُ وَالِدَة هُوَ بِهَا بَرُّ، لَوْ أَقْسَمَ عَلَى الله لَأَبَرَّه، فَإِنْ اسْتَطَعْتَ أَنْ يَسْتَغْفِرَ لَكَ فَافْعَلْ» فَاسْتَغْفِرْ لِي فَاسْتَغْفَرَ لَهُ، فَقَالَ لَه عُمر: أَيْنَ تُرِيد؟ قَالَ: الكُوفَة، قال: أَلاَ أَكتُبُ لَكَ إِلَى عَامِلِهَا؟ قال: أَكُون فِي غَبْرَاءِ النَّاسِ أَحَبُّ إِلَيَّ، فَلَمَّا كَانَ مِنَ العَام الْمُقْبِل حَجَّ رَجُلٌ مِنْ أَشْرَافِهِم، فَوَافَقَ عُمَر، فَسَأَلَه عَنْ أُوَيس، فقال: تَرَكْتُهُ رَثَّ البَّيت قَلِيلَ الْمَتَاعِ، قال: سمعت رسول الله -صلى الله عليه وسلم- يقول: «يَأْتِي عَلَيكُم أُوَيس بنُ عَامِر مَعَ أَمْدَادٍ مِنْ أَهْلِ اليَمَن مِنْ مُرَاد، ثُمَّ مِنْ قَرْن، كَانَ بِهِ بَرَص فَبَرَأَ مِنْه إِلاَّ مَوْضِعَ دِرْهَم، لَهُ وَالِدَة هُوَ بِهَا بَرٌّ لَوْ أَقْسَمَ عَلى الله لَأَبَرَّهُ، فَإِنْ اسْتَطَعْتَ أَنْ يَسْتَغْفِر لَكَ، فَافْعَلْ» فَأَتَى أُوَيسًا، فقال: اسْتَغْفِر لِي، قال: أَنْتَ أَحْدَثُ عَهْدًا بِسَفَرٍ صَالِحٍ، فَاسْتَغْفِرْ لِي، قال: لَقِيتَ عمر؟ قال: نَعَم، فاستغفر له، فَفَطِنَ لَهُ النَّاس، فَانْطَلَقَ عَلَى وَجْهِهِ. وفي رواية أيضا عن أُسَير بن جابر: أنَّ أَهلَ الكُوفَةِ وَفَدُوا على عمر -رضي الله عنه- وفيهم رَجُلٌ مِمَّن كان يَسْخَرُ بِأُوَيْسٍ، فقال عمر: هَل هاهُنَا أَحَدٌ مِنَ القَرَنِيِّين؟ فَجَاء ذلك الرجل، فقال عمر: إِنَّ رسول الله -صلى الله عليه وسلم- قَدْ قال: «إِنَّ رَجُلاً يَأْتِيكُم مِنَ اليَمَنِ يُقَالُ لَهُ: أُوَيْسٌ، لاَ يَدَعُ بِاليَمَنِ غَيرَ أُمٍّ لَهُ، قَد كَان بِهِ بَيَاضٌ فَدَعَا الله -تعالى-، فَأَذْهَبَهُ إِلاَّ مَوضِعَ الدِّينَارِ أَو الدِّرْهَمِ، فَمَنْ لَقِيَهُ مِنْكُمْ، فَلْيَسْتَغْفِر لَكُم». وفي رواية له: عن عمر -رضي الله عنه- قال: إِنِّي سمعت رسول الله -صلى الله عليه وسلم- يقول: «إِنَّ خَيرَ التَّابِعِين رَجُلٌ يُقَال لَهُ: أُوَيسٌ، وَلَهُ وَالِدَةٌ وَكَانَ بِهِ بَيَاضٌ، فَمُرُوهُ، فَلْيَسْتَغْفِر لَكُم».
[صحيح.] - [رواه مسلم.]
المزيــد ...

Usayr ibn ‘Amru ou Usayr ibn Jâbir (qu’Allah l’agrée) a dit : «Lorsque ‘Umar ibn Al-Khaṭṭâb (qu’Allah l’agrée) recevait les renforts du Yémen, il leur demandait : « Uways ibn ‘Âmir est-il parmi vous ? » Jusqu’à ce qu’il trouve Uways (qu’Allah l’agrée) et lui demande : « Es-tu Uways ibn ‘Âmir ? » « Oui », répondit Uways. ‘Umar (qu’Allah l’agrée) poursuivit : « De Murâd puis de Qaran ? ». « Oui », acquiesça Uways. ‘Umar (qu’Allah l’agrée) lui demanda alors : « Tu souffrais de la lèpre, puis tu en as été guéri à l’exception d’une tache de la taille d’un dirham ? » « Oui », confirma-t-il. « Ta mère est encore vivante, n’est-ce pas ? », continua ‘Umar (qu’Allah l’agrée). Uways répondit : « Oui. » ‘Umar (qu’Allah l’agrée) poursuivit : « J’ai entendu le Messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) dire : « Uways ibn ‘Âmir viendra à vous parmi les renforts du Yémen. Il est de Murâd puis de Qaran. Il aura souffert de la lèpre, puis en aura été guéri à l’exception d’une tache de la taille d'un dirham. Il a une mère envers laquelle il se montre bienfaisant. S’il jure par Allah, Il exaucera son serment. Donc, si tu peux faire en sorte qu’il implore pardon pour toi, fais-le ! » [‘Umar demanda :] « Implore donc Allah de me pardonner ! » Uways implora le pardon en sa faveur. Ensuite, ‘Umar (qu’Allah l’agrée) lui demanda : « Où veux-tu aller ? » Il répondit : « A Kufah ! » ‘Umar (qu’Allah l’agrée) dit alors : « Souhaites-tu que j’écrive à son gouverneur ? » Il lui répondit : « Être parmi les personnes indigentes m’est préférable ! » L’année suivante, l’un des notables de Kufah accomplit le pèlerinage. Il rencontra ‘Umar (qu’Allah l’agrée) qui s’enquit de Uways. L’homme l’informa : « Lorsque je l’ai laissé, sa maison était délabrée et il ne possédait que peu de choses. » ‘Umar (qu’Allah l’agrée) lui dit alors : « J’ai entendu le Messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) dire : « Uways ibn ‘Âmir viendra à vous parmi les renforts du Yémen. Il est de Murâd puis de Qaran. Il aura souffert de la lèpre, puis en aura été guéri à l’exception d’une tache de la taille d'un dirham. Il a une mère envers laquelle il se montre bienfaisant. S’il jure par Allah, Il exaucera son serment. Donc, si tu peux faire en sorte qu’il implore pardon pour toi, fais-le ! » L’homme se rendit chez Uways et demanda : « Implore pardon pour moi ! » Uways répliqua : « Tu viens à peine de rentrer d’un voyage pieux, c’est plutôt à toi d’implorer pardon en ma faveur ! » L’homme réitéra : « Implore pardon pour moi ! » Mais, Uways répondit à nouveau : « Tu viens à peine de rentrer d’un voyage pieux, c’est plutôt à toi d’implorer pardon en ma faveur ! » Uways demanda : « As-tu rencontré ‘Umar (qu’Allah l’agrée) ? » « Oui ! », répondit l’homme. Finalement, Uways implora alors pardon pour lui. A la suite de cela, les gens réalisèrent qui il était, mais il quitta le pays. » Et dans une [autre] version, d’après Usayr ibn Jâbir (qu’Allah l’agrée) : « Une délégation des gens de Kufah se rendit chez ‘Umar (qu’Allah l’agrée). Il y avait parmi eux un homme qui se moquait d’Uways. ‘Umar (qu’Allah l’agrée) demanda : « Y-a-t-il ici quelqu’un parmi les Qaranî ? » L’homme concerné se présenta et ‘Umar (qu’Allah l’agrée) déclara : « Certes, le Messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) a dit : « Un homme du Yémen, du nom de Uways, viendra à vous. Il ne laissera au Yémen rien d’autre que sa mère. Il était atteint de la lèpre, mais il invoqua Allah qui l’en débarrassa, à l’exception d’une tache de la taille d’un dinar ou d’un dirham. Que celui d’entre vous qui le rencontre lui demande d’implorer le pardon pour vous ! » Et dans une autre version : ‘Umar (qu’Allah l'agrée) a dit : « Certes, j’ai entendu le Messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) dire : « Le meilleur des successeurs est un homme du nom d’Uways. Il a sa mère et il souffrait de la lèpre. Ordonnez-lui de demander pardon pour vous ! »

L'explication

Lorsque ‘Umar ibn Al-Khaṭṭâb (qu’Allah l’agrée) recevait les groupes de combattants du Yémen qui venaient en renfort pour l’armée musulmane, il leur demandait : « Uways ibn ‘Âmir est-il parmi vous ? » Et cela jusqu’à ce qu’Uways (qu’Allah lui fasse miséricorde) vienne à lui. Il lui demanda alors : « Es-tu Uways ibn ‘Âmir ? » « Oui », répondit Uways. ‘Umar (qu’Allah l’agrée) poursuivit : « De Murâd puis de Qaran ? ». « Oui », acquiesça Uways. Alors, ‘Umar (qu’Allah l’agrée) lui demanda : « Tu souffrais de la lèpre, puis tu en as été guéri à l’exception d’une tache de la taille d’un dirham ? » « Oui », confirma-t-il. « Ta mère est encore vivante, n’est-ce pas ? », continua ‘Umar (qu’Allah l’agrée). Uways répondit : « Oui. » ‘Umar (qu’Allah l’agrée) poursuivit : « J’ai entendu le Messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) dire : « Uways ibn ‘Âmir viendra à vous parmi les renforts du Yémen. Il est de Murâd puis de Qaran. Il aura souffert de la lèpre, puis en aura été guéri à l’exception d’une tache de la taille d'un dirham. Il a une mère envers laquelle il se montre bienfaisant. S’il jure par Allah, Il exaucera son serment. Donc, si tu peux faire en sorte qu’il implore pardon pour toi, fais-le ! » On ne doit pas comprendre de cette histoire qu’Uways est meilleur que ‘Umar (qu’Allah les agrée) ou que ce dernier n’a pas été pardonné. En effet, il y a un consensus unanime sur le fait que ‘Umar ibn Al-Khaṭṭâb (qu'Allah l'agrée) est meilleur qu’Uways ibn ‘Âmir (qu'Allah l'agrée) car ce dernier est un «Tâbi’î », un successeur et que le «Sahabî », le compagnon, est meilleur. Ce récit nous informe simplement du fait qu’Uways est une personne dont les invocations sont exaucées et que le Messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) a indiqué à ‘Umar (qu’Allah l’agrée) d’accroître son bien et de saisir l’occasion d’une invocation qui sera, certes, exaucée. C’est la même chose que ce que le Prophète (sur lui la paix et le salut) nous a ordonné de faire en sa faveur, en demandant à Allah pour lui le pouvoir d’intercéder le jour du Jugement Dernier, même si [on sait que] le Prophète (sur lui la paix et le salut) est le meilleur des fils d’Adam. ‘Umar (qu’Allah l’agrée) lui demanda donc d’invoquer Allah de le pardonner et Uways (qu’Allah l’agrée) implora le pardon en sa faveur. Puis, ‘Umar (qu’Allah l’agrée) lui demanda : « Dans quel lieu comptes-tu te rendre ? » Uways répondit : « A Kufah. » ‘Umar (qu’Allah l’agrée) lui proposa alors : « Veux-tu que j’écrive à son gouverneur afin qu’il te donne des biens du Trésor Public des musulmans ce te suffira pour vivre ? » Mais, Uways répondit : « Être parmi les gens du peuple et de ses pauvres m’est préférable. » L’année suivante, un des notables de Kufah accomplit le pèlerinage. Il rencontra ‘Umar (qu’Allah l’agrée) qui s’enquit au sujet d’Uways. L’homme répondit : « Lorsque je l’ai laissé, sa maison était modeste et il ne possédait que peu de choses. » Alors, ‘Umar (qu’Allah l’agrée) dit : « J’ai entendu le Messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) dire : « Uways ibn ‘Âmir viendra à vous parmi les renforts du Yémen. Il est de Murâd puis de Qaran. Il aura souffert de la lèpre, puis en aura été guéri à l’exception d’une tache de la taille d'un dirham. Il a une mère envers laquelle il se montre bienfaisant. S’il jure par Allah, Il exaucera son serment. Donc, si tu peux faire en sorte qu’il implore pardon pour toi, fais-le ! » L’homme se rendit chez Uways et lui demanda : « Implore pardon pour moi ! » Uways répliqua : « Tu viens à peine de rentrer d’un voyage pieux, c’est plutôt à toi d’implorer pardon en ma faveur ! » Alors, Uways se souvint que cet homme avait pu rencontrer ‘Umar (qu’Allah l’agrée) là-bas, il lui demanda donc : « As-tu rencontré ‘Umar (qu’Allah l’agrée) ? » L’homme répondit par l’affirmative. A ce moment-là, Uways implora le pardon en sa faveur. A la suite de cela, les gens réalisèrent qui il était et ils vinrent tous à sa rencontre, mais il quitta Kufah et dirigea vers une autre région où personne ne le connaitrait.

La traduction: L'anglais L'espagnol Le turque L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le Bengali Le chinois
Présentation des traductions