عن حُصين بن عبد الرحمن قال: كنتُ عند سعيد بن جُبير فقال: أيكم رأى الكوكب الذي انقَضَّ البارحة؟ فقلتُ: أنا، ثم قلتُ: أما إني لم أكن في صلاة، ولكني لُدغْتُ، قال: فما صنعتَ؟ قلت: ارتقيتُ، قال: فما حَمَلك على ذلك؟ قلت: حديث حدَّثَناه الشعبي، قال: وما حدَّثَكم؟ قلتُ حدثنا عن بريدة بن الحُصيب أنه قال: "لا رُقْية إلا مِن عَيْن أو حُمَة"، قال: قد أحسَن مَن انتهى إلى ما سمع، ولكن حدثنا ابن عباس عن النبي -صلى الله عليه وسلم- أنه قال: "عُرضت عليّ الأُمم، فرأيتُ النبي ومعه الرَّهط والنبي ومعه الرجل والرجلان، والنبي وليس معه أحد، إذ رُفع لي سواد عظيم فظننتُ أنهم أمَّتي، فقيل لي: هذا موسى وقومه، فنظرتُ فإذا سواد عظيم، فقيل لي: هذه أمَّتك، ومعهم سبعون ألفا يدخلون الجنة بغير حساب ولا عذاب، ثم نهض فدخل منْزله، فخاض الناس في أولئك؛ فقال بعضهم: فلعلهم الذين صحِبوا رسول الله -صلى الله عليه وسلم- وقال بعضهم: فلعلهم الذين وُلِدُوا في الإسلام فلم يشركوا بالله شيئا، وذكروا أشياء، فخرج عليهم رسول الله -صلى الله عليه وسلم- فأخبروه، فقال: هم الذين لا يَسْتَرقون، ولا يَكْتَوُون، ولا يَتَطَيَّرون، وعلى ربهم يتوكلون، فقام عُكاشة بن مِحصَن فقال: ادع الله أن يجعلني منهم، قال: أنت منهم، ثم قام جل آخر فقال: ادع الله أن يجعلني منهم، فقال: سَبَقَك بها عكاشة".
[صحيح.] - [متفق عليه.]
المزيــد ...

Ḥuṣayn ibn 'Abdirraḥmân a dit : « J'étais chez Sa'îd ibn Jubayr quand il demanda : « Qui a vu, parmi vous, l'étoile tomber hier ? » Je répondis : « Moi ! » Puis, j'ai dit : « Toutefois, je n'étais pas en train de prier, mais j'avais été piqué [par un scorpion] » « Qu'as-tu donc fait ? » demanda-t-il. – « J'ai demandé qu'on m'exorcise », répondis-je. – « Qu'est-ce qui t'a poussé à faire cela ? » ajouta-t-il. Je répliquai : « Un hadith que nous a rapporté Ash-Sha'bî. » - « Et que vous a-t-il rapporté ? » demanda-t-il. J’ai dit : « Il nous a rapporté que Buraydah ibn Al-Ḥuṣayb [Al-Aslamî] a dit : « Point d'exorcisme sauf en cas de mauvais œil ou de poison ! » Il [c.-à-d. Sa'îd] ajouta : « A bien agi quiconque s’est arrêté à ce qu'il a entendu. Mais, Ibn 'Abbâs nous a rapporté que le Prophète (sur lui la paix et le salut) a dit : « Les communautés m'ont été présentées. J'ai vu un Prophète qui n'avait avec lui qu'un petit groupe, un autre avec un ou deux hommes, et un troisième qui n’avait personne avec lui. C'est alors que j’ai aperçu une masse noire de gens et j'ai cru qu'il s'agissait de ma communauté, mais on m'a dit : « C'est Moïse (sur lui la paix) et son peuple. [Regarde plutôt vers l'horizon !] « J'ai alors regardé et j'ai vu une masse [encore plus] noire de gens. On m'a alors dit : [« Regarde l'autre côté de l'horizon ! » Et il y avait également une masse noire de gens.] – « Voici ta communauté ! Et parmi eux, il y en aura soixante-dix mille qui entreront au Paradis sans jugement, ni châtiment. » Il se leva ensuite et regagna sa maison. Les gens polémiquèrent au sujet de ceux qui entreront au Paradis sans jugement, ni châtiment. Certains dirent : « Peut-être s'agit-il de ceux qui ont tenu compagnie au Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut). » D'autres supposèrent : « Peut-être s'agit-il de ceux qui sont nés dans l'islam et n'ont donné aucun associé à Allah. » Et ils mentionnèrent d'autres choses [encore]. Le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) sortit alors à leur rencontre et demanda : « A quel sujet polémiquez-vous ? » Ils l'en informèrent, alors il déclara : « Ce sont ceux qui ne demandent pas qu'on leur pratique l’exorcisme, qui ne se cautérisent pas, qui ne consultent pas les augures et qui placent entièrement leur confiance en leur Seigneur. » 'Ukâshah ibn Miḥṣan se leva alors et dit : « Invoque Allah pour qu'Il me compte parmi eux ! » Le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) affirma : « Tu es l'un d'entre eux ! » Un autre homme se leva et demanda : « Invoque Allah pour qu'Il me compte parmi eux ! » Le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) répondit alors : « 'Ukâshah t'a devancé. »

L'explication

Ḥuṣayn ibn 'Abdirraḥmân (qu'Allah lui fasse miséricorde) nous informe d'une discussion qui eut lieu entre lui et Sa'îd ibn Jubayr (qu'Allah lui fasse miséricorde) au sujet de l'exorcisme lorsque Ḥuṣayn fut piqué par un scorpion et demanda qu'on l'exorcise par une incantation légiférée (« Ar-Ruqyah Al-Mashrû’ah »). Lorsque Sa'îd lui demanda la preuve de son agissement, celui-ci l'informa d’un hadith que lui avait rapporté Ash-Sha'bî qui autorisait l'exorcisme contre le mauvais œil ou le poison. Sa'îd le félicita alors de son agissement mais il lui rapporta un hadith qui incitait à délaisser l'exorcisme. Il s'agissait du hadith d'Ibn 'Abbâs qui contenait quatre caractéristiques dont ceux qui s’en parent méritent d’entrer au Paradis sans jugement, ni châtiment. Et ces personnes sont celles qui ne demandent pas qu'on leur pratique l'exorcisme, ni la cautérisation, qui ne consultent pas les augures et qui se reposent [sincèrement et] véridiquement sur Allah, Exalté soit-Il. Et quand 'Ukâshah demanda au Prophète (sur lui la paix et le salut) d'invoquer Allah en sa faveur pour qu'Il le compte parmi eux, alors le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) l'informa qu'il en faisait partie. Et lorsqu'un autre homme se leva et demanda la même chose, le Prophète (sur lui la paix et le salut) lui répondit, avec douceur, que cela n'était pas possible afin de fermer la porte à toute nouvelle demande.

La traduction: L'anglais Le turque L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le chinois
Présentation des traductions