عن البراء بن عازب -رضي الله عنه-، قال: خرجنا مع رسول الله -صلى الله عليه وسلم- في جنازة رجل من الأنصار، فانتهينا إلى القبر ولمَّا يُلْحَد، فجلس رسول الله -صلى الله عليه وسلم- وجلسنا حوله كأنما على رءوسنا الطير، وفي يده عود يَنكتُ به في الأرض، فرفع رأسه، فقال: «استعيذوا بالله من عذاب القبر» مرتين، أو ثلاثا، زاد في رواية: "وإنه ليسمع خَفْقَ نعالهم إذا وَلَّوا مُدْبِرين حين يقال له: يا هذا، من ربك؟ وما دينك؟ ومن نبيك؟" قال هناد: قال: "ويأتيه ملكان فيُجلِسانه فيقولان له: من ربك؟ فيقول: ربي الله، فيقولان له: ما دينك؟ فيقول: ديني الإسلام، فيقولان له: ما هذا الرجل الذي بُعث فيكم؟" قال: "فيقول: هو رسول الله -صلى الله عليه وسلم-، فيقولان: وما يُدريك؟ فيقول: قرأتُ كتاب الله فآمنت به وصدقت، «زاد في حديث جرير» فذلك قول الله -عز وجل- {يُثَبِّتُ اللهُ الذين آمنوا} [إبراهيم: 27]" الآية -ثم اتفقا- قال: "فينادي مُناد من السماء: أن قد صدق عبدي، فأفرشوه من الجنة، وافتحوا له بابا إلى الجنة، وألبسوه من الجنة" قال: «فيأتيه من رَوْحها وطِيبها» قال: «ويُفتَح له فيها مدَّ بصره» قال: «وإن الكافر» فذكر موته قال: "وتُعاد روحه في جسده، ويأتيه ملكان فيُجلسانه فيقولان: له من ربُّك؟ فيقول: هَاهْ هَاهْ هَاهْ، لا أدري، فيقولان له: ما دينك؟ فيقول: هَاهْ هَاهْ، لا أدري، فيقولان: ما هذا الرجل الذي بُعث فيكم؟ فيقول: هَاهْ هَاهْ، لا أدري، فينادي مناد من السماء: أن كذب، فأفرشوه من النار، وألبسوه من النار، وافتحوا له بابا إلى النار" قال: «فيأتيه من حَرِّها وسَمُومها» قال: «ويُضيَّق عليه قبره حتى تختلف فيه أضلاعه» زاد في حديث جرير قال: «ثم يُقَيَّض له أعمى أَبْكَم معه مِرْزَبّة من حديد، لو ضُرب بها جبل لصار ترابا» قال: «فيضربه بها ضربة يسمعها ما بين المشرق والمغرب إلا الثَّقَلين، فيصير ترابا» قال: «ثم تُعاد فيه الروح».
[صحيح.] - [رواه أبو داود وأحمد.]
المزيــد ...

Al-Barâ‘ ibn ‘Âzib (qu'Allah l'agrée) relate : « Nous sortîmes en compagnie du Prophète (sur lui la paix et le salut) afin de suivre le convoi funèbre d’un homme des Anṣârs. Nous arrivâmes à sa tombe avant qu’il ne soit enterré. Le Prophète (sur lui la paix et le salut) s’est assis et nous nous sommes assis autour de lui. On aurait dit que des oiseaux étaient posés sur nos têtes, tandis qu’il tenait un petit bâton, avec lequel il donnait des petits coups dans le sol. Il leva la tête et dit, deux ou trois fois : « Réfugiez-vous auprès d’Allah contre le châtiment de la tombe ! » Dans une version, il a ajouté : « Certes, il entend le bruit de leurs sandales lorsque les gens s’éloignent. Puis, on lui demande : « Ô toi ! Qui est ton Dieu ? Quelle est ta religion ? Qui est ton Prophète ? » Hannâd a précisé : « Il a dit : « Deux Anges viennent à lui et l’assoient, avant de lui demander : « Qui est ton Dieu ? » Il répond : « Mon Dieu est Allah. » Ils lui demandent : « Quelle est ta religion ? » Il répond : « Ma religion est l’islam. » Ils lui demandent : « Quel est cet homme qui vous a été envoyé ? » Il répond : « C’est le Messager d’Allah. » Ils demandent : « Comment le sais-tu ? » Il répond : « J’ai lu le Livre d’Allah, j’y ai cru et je l’ai suivi. » Dans le ḥadith de Jarîr, il est ajouté : « C’est la parole d’Allah, à Lui la Puissance et la Grandeur : {(Allah raffermit ceux qui ont cru...)} [Coran : 14/27]. Ensuite, tous deux rapportent : « Alors, depuis le ciel, une voix dira : « Mon serviteur a dit vrai ! Etalez donc pour lui des couches du Paradis ! Ouvrez-lui une porte qui donne sur le Paradis et faites-lui porter des vêtements du Paradis ! » Il a dit : « Alors, une partie de son vent et de son parfum lui parviendra. Il a dit : « Ensuite, on lui élargira [sa tombe] jusqu’à là où sa vue s’arrête. » Il a dit : « Quant au mécréant - il mentionna alors sa mort et a dit - : son âme reviendra dans son corps et deux Anges viendront à lui et lui demanderont : « Qui est ton Dieu ? » Il répondra : « Euh ! Euh ! Euh ! Je ne sais pas. » Ils demanderont : « Quelle est ta religion ? » Il répondra : « Euh ! Euh ! Je ne sais pas. » Ils demanderont : « Quel est cet homme qui vous a été envoyé ? » Il répondra : « Euh ! Euh ! Je ne sais pas. » Alors, depuis le ciel, une voix dira : « Mon serviteur a dit faux ! Etalez donc pour lui des couches de l’Enfer, faites-lui porter des vêtements de l’Enfer et ouvrez-lui une porte qui donne sur l’Enfer ! » Il a dit : « Alors, une partie de sa chaleur et de son vent lui parviendra. » Il a dit : « On resserrera alors sa tombe sur lui, jusqu’à ce que ses côtes s’entrecroisent. » Dans son ḥadith, Jarîr ajoute : « Il a dit : « Puis, on lui déléguera un homme aveugle et muet, qui tient une barre de fer, si on l’utilisait pour taper sur une montagne, elle deviendrait poussière. » Il a dit : « Il lui donnera un coup et tous ceux qui sont entre l’Est et l’Ouest l’entendront, à l’exception des djinns et des êtres humains, et il deviendra poussière. » Il a dit : « Puis, on lui rendra son âme. »
[Authentique] - [Rapporté par Abû Dâwud - Rapporté par Aḥmad]

L'explication

Al-Barâ‘ ibn ‘Âzib (qu'Allah l'agrée) relate qu’ils accompagnèrent le Prophète (sur lui la paix et le salut) afin suivre le convoi funèbre d’un homme des Ansârs. Ils arrivèrent à la tombe avant l’enterrement. Là, le Prophète (sur lui la paix et le salut) s’est assis et ils se sont assis autour de lui, silencieux. Ils ne parlaient pas par respect envers le Prophète (sur lui la paix et le salut), qui tenait dans sa main un petit bâton de bois avec lequel il tapotait sur le sol, à la façon de quelqu’un qui est pensif et soucieux. Il leva la tête et dit, deux ou trois fois : « Demandez à Allah de vous sauver et de vous protéger du châtiment de la tombe ! » Ensuite, il leur apprit que le mort entend les pas des gens qui s’éloignent de sa tombe et qu’à ce moment, deux Anges viennent à lui, l’assoient et lui demandent : « Qui est ton Dieu ? Quelle est ta religion ? Quel est cet homme qui vous a été envoyé ? » Ce à quoi il répond : « Mon Dieu est Allah ! Ma religion est l’islam ! C’est le Messager d’Allah ! » Alors, les deux Anges lui demandent : « Comment le sais-tu ? Il répond : « J’ai lu le Livre d’Allah, j’y ai cru et je l’ai suivi ! » Le fait que sa langue donne ces réponses est le « raffermissement » dont il est question dans le verset suivant : {(Allah raffermit ceux qui ont cru par une parole ferme.)} [Coran : 14/27]. Ensuite, le Prophète (sur lui la paix et le salut) entendit une voix depuis le ciel qui disait : « Mon serviteur a dit vrai ! Telle était sa croyance dans ce bas monde et il mérite les honneurs. Étalez pour lui des couches du Paradis, faites-lui porter des vêtements du Paradis et ouvrez-lui une porte sur le Paradis. Lorsqu’on la lui ouvrira, son air et son odeur lui parviendront et on élargira sa tombe, aussi loin que son regard peut atteindre. [Absence du 2nd Paragraphe]

La traduction: L'anglais L'espagnol. Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le bengali Le persan Tagalog Indien
Présentation des traductions