عن أنس بن مالك -رضي الله عنه- قال: أقام النبي -صلى الله عليه وسلم- بين خيبر والمدينة ثلاث ليال يُبْنَى عليه بصفية، فدعوتُ المسلمين إلى وليمته، وما كان فيها من خبز ولا لحم، وما كان فيها إلا أن أمر بلالا بالأنْطَاعِ فَبُسِطَتْ، فألقى عليها التمر والأقِطَ والسَّمْنَ، فقال المسلمون: إحدى أمهات المؤمنين، أو ما مَلَكَتْ يمينه؟ قالوا: إن حَجَبَهَا فهي إحدى أمهات المؤمنين، وإن لم يحجبها فهي مما ملكت يمينه، فلما ارتحل وَطَّأَ لها خَلْفَهُ، ومَدَّ الحِجَابَ.
[صحيح.] - [متفق عليه، وهذا لفظ البخاري.]
المزيــد ...

Anas ibn Mâlik (qu'Allah l'agrée) a dit : « Le Prophète (sur lui la paix et le salut) séjourna trois jours entre Khaybar et Médine, on lui monta une tente afin qu'il consomme son mariage avec Ṣafiyyah. J'ai invité les musulmans à son repas de noces auquel il n'y avait ni pain, ni viande. Il ordonna à Bilâl d'étaler uniquement des tapis de peaux sur lesquels furent servis des dattes, du fromage fait de lait aigre et du beurre rance. Les musulmans dirent alors : « Cela concerne soit l'une des mères des croyants, soit l'une de ses esclaves concubines. » Puis, ils dirent : « S'il lui a mis un voile, c'est l'une des mères des croyants ; mais s'il ne lui pas a mis de voile, c'est une esclave concubine. » Lorsqu'on se remit en marche, il l'installa derrière lui et étendit le voile. »
[Authentique] - [Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim, selon la narration d'Al-Bukhârî]

L'explication

Le Prophète (sur lui la paix et salut sur lui) sortit en voyage et séjourna entre Khaybar et Médine, trois jours et trois nuits, avec la mère des croyants Ṣafiyyah (qu'Allah l'agrée) lorsqu'il l'épousa. Il organisa un repas de noces et ordonna à Anas (qu'Allah l'agrée) d'y inviter les musulmans afin qu'ils puissent manger mais [ce repas ne comportait] ni viande et ni pain vu la situation pauvre du Messager d’Allah (sur lui la paix et salut sur lui). Malgré cela, on étala des tapis de peaux sur lesquels furent servis des dattes, du fromage fait de lait aigre [du beurre fondu] et d'autres aliments semblables. Les musulmans en mangèrent puis se dirent : « Si le Prophète (sur lui la paix et salut sur lui) couvre Ṣafiyyah d'un voile, elle fait partie des mères des croyants car le voile est une obligation pour elles. Par contre, s'il ne la couvre pas d'un voile, c'est qu’elle est une esclave concubine parmi les esclaves. Lorsque le Prophète (sur lui la paix et salut sur lui) la couvrit d'un voile et l'installa convenablement derrière lui, ils surent avec certitude qu’elle faisait partie des mères des croyants.

La traduction: L'anglais Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le persan Indien
Présentation des traductions