عن عائشة-رضي الله عنها- قالت: قال رسول الله -صلى الله عليه وسلم-: «ما أُظُن فُلَانا وفُلَانا يَعْرِفَان من دِيِننَا شَيْئَا». قال اللَّيث بن سعد أحد رُواة هذا الحديث: هذان الرجلان كانا من المنافقين.
[صحيح.] - [رواه البخاري.]
المزيــد ...

Â’icha (qu’Allah l’agrée) relate que le Messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) a dit : « Je ne pense pas qu’untel et untel connaissent quoi que ce soit de notre religion. » Hadith authentique. Rapporté par Al-Bukhârî. Al Layth ibn Sa’d, un des rapporteurs du hadith, a dit : « Ces deux hommes faisaient partie des hypocrites. »

L'explication

‘Â’icha (qu’Allah l’agrée) nous informe que le Prophète (sur lui la paix et le salut) lui a parlé de deux hommes en disant qu’ils ne connaissaient rien de l’Islam, parce qu’ils extériorisaient l’Islam tout en cachant leur mécréance. Le fait que le prophète ait parlé d’eux de la sorte en leur absence ne relève pas de la médisance, qui est interdite. C’était plutôt une chose nécessaire, car leur apparence pouvait tromper celui qui ne connaissait pas leur véritable état. Sa parole : « Je ne pense pas… » Cela signifie ici : « Je suis sûr que… », car le Prophète (sur lui la paix et le salut) avait connaissance des hypocrites, puisqu’Allah lui avait appris qui ils étaient dans la sourate : Le Repentir (« Barâ’a »). A ce propos, Ibn ‘Abbâs (qu’Allah l’agrée) disait : « Nous appelions la sourate : « Barâ’a », celle qui « démasque » car elle est celle qui a démasqué [les hypocrites] ». Il a aussi dit : « Leurs signes sont… » et « Et il en est parmi eux qui... ». En effet, les versets descendaient les uns après les autres, au point où nous avons commencé à avoir peur [pour nous-mêmes]. »

La traduction: L'anglais L'espagnol Le turque L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le Bengali Le chinois
Présentation des traductions