عن ابن عمر -رضي الله عنهما- أنَّ غلامًا قُتل غِيلَةً، فقال عمر -رضي الله عنه-: «لو اشْتَرَكَ فيها أهْلُ صَنْعاء لَقَتَلْتُهم».
[صحيح.] - [رواه البخاري.]
المزيــد ...

D'après Ibn 'Umar - qu'Allah les agrée tous les deux -, un jeune garçon fut tué à l'improviste, à son insu, alors 'Umar - qu'Allah l'agrée - a dit : " Si les gens de Sanaa s'y étaient associés, je les aurais tués. "
[Authentique] - [Rapporté par Al-Bûkhârî]

L'explication

Un groupe de personnes - cinq ou sept - s'est associé, à l'époque d'Umar - qu'Allah l'agrée - et ils tuèrent un jeune garçon au cours d'un de ses moments d'inattention. Alors, 'Umar - qu'Allah l'agrée - ordonna de tous les tuer. En effet, puisqu'ils s'étaient réunis et entraidés afin de commettre un meurtre, il a insisté à propos de l'obligation de tuer [tout] le groupe, et cela même si une seule personne avait été tuée. Il a alors dit : " Si tous les gens de Sanaa s'y étaient associés, je les aurais [tous] tués. " Et les Compagnons ainsi que l'ensemble des jurisconsultes ses sont accordés unanimement sur ce décret et jugement afin que le fait de s'entraider [mutuellement] dans le versement ne soit pas une cause de non application du talion. Et la spécificité d'avoir évoqué Sanaa dans ce propos est parce que ces hommes meurtriers étaient de cette ville ; ou cela peut aussi être un exemple chez les Arabes pour signifier la multitude des habitants.

La traduction: L'anglais Le bosniaque Le russe Le persan Indien
Présentation des traductions