عن جُنْدُب بن عَبْدِ الله البجَليِّ -رضي الله عنه- قال: «صلى النبي -صلى الله عليه وسلم- يوم النَّحر، ثم خطب، ثم ذبح، وقال: من ذبح قبل أن يُصَلِّيَ فَلْيَذْبَحْ أُخرى مكانها، ومن لم يذبح فَلْيَذْبَحْ باسم الله».
[صحيح.] - [متفق عليه.]
المزيــد ...

Jundub ibn 'Abdillâh al-Bajalî (qu'Allah l'agrée) relate : « Le jour du sacrifice, le Prophète (sur lui la paix et le salut) prononça un discours, puis accomplit la prière, puis égorgea sa bête et dit : « Celui qui a égorgé sa bête avant de prier, qu'il égorge une autre bête à la place et celui qui n'a pas encore égorge sa bête, qu'il égorge donc au nom d'Allah ».
[Authentique] - [Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim]

L'explication

Le jour du sacrifice, le Prophète (sur lui la paix et le salut) commença par accomplir la prière avant de prononcer un discours puis d'effectuer le sacrifice. Il sortait vers le lieu de prière en apportant la bête destinée au sacrifice afin de montrer les rites de l'islam, profiter au plus grand nombre et enseigner à sa communauté. Il leur dit, pour leur expliquer une règle et l’une des conditions du sacrifice, que celui qui tue la bête avant la prière, son sacrifice n'est pas valide et qu’il doit effectuer un autre sacrifice à la place du précédent. Quant à celui qui n'a pas encore tué la bête, il doit le faire en prononçant le nom d'Allah pour que son abattage soit valide et que la viande soit licite. Ceci montre qu'il est prescrit de procéder dans cet ordre et que toute autre façon d'agir n'est pas valide. Ce ḥadith montre que l'horaire du sacrifice commence lorsque la prière de l'Aïd est terminée et non pas lorsque l'horaire de la prière commence, ni non plus lorsque le gouverneur effectue son sacrifice, sauf pour celui pour qui la prière de l'Aïd n'est pas obligatoire, comme le voyageur. Taysîr Al-ʽAllâm tanbih al-Afhâm ta'sîs Al-Aḥkâm

La traduction: L'anglais L'espagnol. Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le bengali Le chinois Le persan Tagalog Indien
Présentation des traductions