عن أنس -رضي الله عنه- قال: «أَنْفَجْنَا أَرْنَباً بِمَرِّ الظَّهْرَانِ، فَسَعَى الْقَوْمُ فَلَغَبُوا، وَأَدْرَكْتُهَا فَأَخَذْتُهَا، فَأَتَيْتُ بِهَا أَبَا طَلْحَةَ، فَذَبَحَهَا وَبَعَثَ إلَى رَسُولِ الله-صلى الله عليه وسلم- بِوَرِكِهَا وَفَخِذَيْهَا فَقَبِلَهُ».
[صحيح.] - [متفق عليه.]
المزيــد ...

Anas Ibn Mâlik (qu’Allah l’agrée) raconte: « Nous avons suivi les traces d’un lapin à Marr Az-Zahrân, et tout le monde courut [derrière] jusqu’à épuisement. [Je réussis quant à moi] à le rattraper et [finalement] à l’attraper; je l’emmenai ensuite à Aboû Talhah, qui l’égorgea. Il envoya à l’envoyé d’Allah (sur lui la paix et le salut) de la hanche et des cuisses [de ce lapin], et il les accepta. »

L'explication

Le Prophète (sur lui paix et le salut) et ses compagnons étaient en voyage, quand ils s’arrêtèrent vraisemblablement à cet endroit appelé: Marr Az-Zahrân. L’envoyé d’Allah (sur lui la paix et le salut) s’était arrêté à cet endroit l’année de la conquête de la Mecque. Les compagnons se mirent alors sur les traces d’un lapin, tout le monde courut derrière lui pour l’attraper. Mais ils s’épuisèrent. « Quand moi je réussis à le rattraper ». En effet, Anas Ibn Mâlik, était à cette époque, dans la fleur de l’âge ; il réussit à se saisir du lapin et l'amena chez le mari de sa mère Aboû Talhah (qu’Allah l’agrée). Ce dernier l’égorgea et en offrit les hanches à l’envoyé d’Allah (sur lui la paix et le salut) qui les accepta et dut probablement en manger lui-même.

La traduction: L'anglais L'espagnol Le turque L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le Bengali Le chinois
Présentation des traductions