عن عمر بن الخطاب -رضي الله عنه- قال: سمعتُ هشامَ بن حَكِيم يَقْرَأ سورةَ الفُرقان في حياة رسول الله -صلى الله عليه وسلم-، فاسْتَمَعْتُ لقراءته، فإذا هو يقْرَؤها على حروف كثيرةٍ لم يُقْرِئْنِيها رسولُ الله -صلى الله عليه وسلم- كذلك، فكِدْتُ أُساوِرُه في الصلاة، فانتظرتُه حتى سَلَّم، ثم لَبَّبْتُه بِرِدائِه أو بِرِدائي، فقلتُ: مَنْ أقرأكَ هذه السورةَ؟ قال: أَقْرَأنيها رسولُ الله -صلى الله عليه وسلم-، قلتُ له: كذبتَ، فواللهِ إنَّ رسولَ الله -صلى الله عليه وسلم- أَقْرأَني هذه السورةَ التي سمعتُك تَقْرَؤُها، فانطلقتُ أقودُه إلى رسول الله -صلى الله عليه وسلم- فقلتُ: يا رسول الله، إنِّي سمعتُ هذا يقرَأ بسورة الفُرْقان على حروف لم تُقْرِئنيها، وأنت أقرأْتَنِي سورةَ الفُرقان، فقال رسول الله -صلى الله عليه وسلم-: «أَرْسِلْه يا عمر، اقرأْ يا هشام» فقَرَأ عليه القراءةَ التي سمعتُه يقرؤها، قال رسول الله -صلى الله عليه وسلم-: «هكذا أُنْزِلت» ثم قال رسول الله -صلى الله عليه وسلم-: «اقرأْ يا عمر» فقرأتُ، فقال: «هكذا أُنْزِلَت» ثم قال: «إنَّ هذا القرآنَ أُنْزِل على سبعة أحْرُف، فاقرءوا ما تيسَّر منه».
[صحيح.] - [متفق عليه.]
المزيــد ...

Umar ibn Al-Khaṭṭâb (qu'Allah l'agrée) relate : « J'ai entendu Hishâm ibn Ḥakîm réciter la sourate : « Al-Furqân », le Discernement [Coran : 25] du vivant du Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut). En écoutant attentivement sa récitation, je remarquai qu'elle comportait de nombreuses variantes que le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) ne m'avait pas fait entendre. J'allais l'interrompre mais je me retins jusqu'à ce qu'il eût terminé sa prière. Alors, je le tirai violemment par le col de sa tunique - ou de ma tunique - et lui dit : " Qui t'a appris cette manière de réciter cette sourate ? - Il répondit : C'est le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) qui me l'a apprise. - Je répliquai : Tu mens ! - Alors, il a dit : Par Allah ! Certes, le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) m'a appris autrement cette sourate que je t'ai écouté réciter ! " Puis, je le traînai jusqu'au Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) et j’ai dit : " Ô Messager d'Allah ! Certes, j'ai entendu cet homme réciter la sourate : « Al-Furqân », avec des variantes d'articulation qui ne correspondent pas à ce que tu m'as enseigné. - Le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) dit alors : Lâche-le, ô 'Umar ! Et récite, ô Hishâm ! " Il lui récita la même lecture que je venais d'entendre et le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) dit alors : " C'est ainsi que cette sourate fut révélée ! " Puis, le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) a dit : " Récite, ô 'Umar ! " Je récitai donc, puis il m’a dit : " C'est ainsi que cette sourate fut révélée ! Certes, ce Coran a été révélé selon sept lettres (« Aḥruf »), récitez-en ce que vous pouvez ! " »
Authentique. - Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim.

L'explication

Umar ibn Al-Khaṭṭâb (qu'Allah l'agrée) relate qu'il a entendu Hishâm ibn Ḥakîm (qu'Allah l'agrée) réciter la sourate : « Al Furqân », le Discernement [Coran : 25], du vivant du Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut), avec une récitation qui comportait de nombreux termes différents de celle qu'il avait l'habitude de lire. Et 'Umar avait déja récité cette sourate au Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut). 'Umar (qu'Allah l'agrée) pensant que c'était une erreur de la part de Hishâm ibn Ḥakîm (qu'Allah l'agrée), il faillit l'interrompre en se jetant sur lui et en le tirant par la tête, mais il se retint jusqu'à ce qu'il eût terminé sa prière. Ensuite, il le tira violemment par le col de sa tunique au niveau de sa nuque et lui demanda : « Qui t'a appris cette manière de réciter cette sourate ? - Il répondit : C'est le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) qui me l'a apprise. - Il lui répliqua : Tu mens ! Par Allah ! Certes, le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) m'a appris autrement cette sourate que je t'ai entendu réciter ! » Alors, il le traîna jusqu'au Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) et 'Umar (qu'Allah l'agrée) était un homme exigeant et sévère quand cela touchait l'ordre d'Allah, le Très-Haut. Il a alors dit : « Ô Messager d'Allah ! Certes, j'ai entendu cet homme réciter la sourate : « Al-Furqân » avec des variantes qui ne correspondent pas à ce que tu m'as enseigné ! » Le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) lui ordonna de le relâcher et demanda à Hishâm de lui réciter la sourate : « Al-Furqân ». Après sa lecture, le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) lui a dit : « C'est ainsi que cette sourate fut révélée ! » En effet, Hishâm ibn Ḥakîm (qu'Allah l'agrée) n'était pas dans l'erreur comme le pensait 'Umar (qu'Allah l'agrée). Ensuite, le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) demanda à 'Umar de réciter et il lui dit alors : « C'est ainsi que cette sourate fut révélée ! » C'est-à-dire : Allah a révélé cette sourate comme l'a récitée 'Umar (qu'Allah l'agrée) et Il l'a aussi révélée comme l'a récitée Hishâm (qu'Allah l'agrée). Puis, le Messager d'Allah (sur lui la paix et le salut) a dit : « Certes, ce Coran a été révélé selon sept lettres (« Aḥruf »), récitez-en ce que vous pouvez ! », C'est-à-dire : ne vous restreignez pas obligatoirement à un type de lettres car Allah, exalté soit-Il, a laissé pour vous de la marge dans le domaine et Il vous a facilité la lecture du Coran selon sept lettres (« Aḥruf »), par miséricorde et bienfait de Sa part et à Lui la louange et l’éloge. Effectivement, les savants ont grandement divergé au sujet de l'explication de l'expression : « sept lettres » et le vrai sens de cela - pour ce qui apparaît le plus convainquant et Allah est le plus Savant - c'est qu'il s'agit des dialectes arabes les plus connus pour leur éloquence. En effet, le Coran fut révélé avec ces différentes lectures pour faciliter, tout au début, la différence et la dualité des arabes même au niveau de leur langue. Certaines tribus possédaient des termes qu'une autre tribu ne possédait pas mais l'Islam les a unifiés et elles purent ainsi communiquer ensemble jusqu'à faire disparaitre l'inimitié et la haine qui régnaient entre elles. Et chacun des membres des tribus apprirent ce que les autres tribus avaient comme langage (et termes linguistiques). Enfin, 'Uthmân ibn 'Affân (qu'Allah l'agrée) réunit les gens autour d'une seule des sept lettres et il brûla toutes les autres versions afin que cela n'engendre pas de divergences.

La traduction: L'anglais L'espagnol. Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le chinois Le persan Indien
Présentation des traductions