عن أبي قَتَادَةَ الأَنْصَارِيِّ -رضي الله عنه- قال: كان رسول الله -صلى الله عليه وسلم- يقرأ في الركعتين الأُولَيَيْنِ من صلاة الظهر بفاتحة الكتاب وسورتين، يُطَوِّلُ في الأولى، و يُقَصِّرُ في الثانية، و يُسْمِعُ الآية أحيانا، وكان يقرأ في العصر بفاتحة الكتاب وسورتين يُطَوِّلُ في الأولى، و يُقَصِّرُ في الثانية، وفي الركعتين الأُخْرَيَيْنِ بِأُمِّ الكتاب، وكان يُطَوِّلُ في الركعة الأولى من صلاة الصبح، ويُقَصِّرُ في الثانية.
[صحيح.] - [متفق عليه.]
المزيــد ...

Abû Qatâdah Al-Anṣârî (qu’Allah l’agrée) relate : « Le Messager d’Allah (sur lui la paix et le salut) récitait, dans les deux premières unités de la prière du midi (« ṣalâtu-ẓ-ẓuhr »), l’ouverture du Livre (« Al-Fâtiḥah ») et deux sourates. Il prolongeait la première unité de prière et écourtait la seconde en nous faisant parfois entendre un verset. Lors de la prière de l'après-midi (« ṣalâtu-l-‘aṣr »), il récitait dans les deux premières unités de prière l’ouverture du Livre (« Al-Fâtiḥah ») et deux sourates. Il prolongeait la première unité de prière et écourtait la seconde. Quant aux deux dernières unités de prière, il y récitait seulement : la Mère du Livre [qui est un autre nom de sourate (« Al-Fâtiḥah »)]. Enfin, dans la prière de l’aube (« ṣalâtu-ṣ-ṣubh »), il allongeait la première unité de prière et écourtait la seconde.
[Authentique] - [Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim]

L'explication

Le Prophète (sur lui la paix et le salut) avait, dans les deux premières unités de la prière du midi (« ṣalâtu-ẓ-ẓuhr ») et de l'après-midi (« ṣalâtu-l-‘aṣr ») , l’habitude de réciter après la sourate « Al-Fâtiḥah » [qui signifie littéralement : L'ouverture du Livre], deux autres sourates du Coran. Il prolongeait la première unité de prière et il écourtait la seconde en faisant parfois entendre à ses Compagnons certains versets qu’il lisait. Ensuite, dans la troisième et la quatrième unité de prière, il récitait uniquement la sourate « Al-Fâtiḥah ». En ce qui concerne la prière de l’aube (« ṣalâtu-ṣ-ṣubh »), il allongeait la lecture dans la première unité de prière et l’écourtait dans la deuxième. Cependant, si le fidèle lit parfois - dans la troisième et la quatrième unité de prière - une autre sourate après « Al-Fâtiḥah », c'est permis. Car cette pratique a été mentionnée dans d’autres textes.

La traduction: L'anglais L'espagnol. Le turc L'urdu L'indonésien Le bosniaque Le russe Le bengali Le chinois Le persan Tagalog Indien Cinghalais Ouïghour
Présentation des traductions